Firenze

La Corrompue

Écologie : 
Firenze est l’arrière pays sauvage de La Rochelle. Le relief est plus prononcé avec des collines et des vallons butant sur les hautes montagnes du Draioch située à l’est. Les étés sont chauds et humides et les hivers y sont extrêmement doux et n’ont presque jamais de neige. Le bord de mer est difficile d’accès, s’élevant en hautes falaises calcaires. Le bassin hydrographique, parsemé de lacs et rivières se déverse dans la Mer du Bain des dragons du haut de chutes vertigineuses ou de gorges étroites. Les forêts sont mixtes et profondes. Plusieurs vacanciers de tous les coins du continent y viennent pour se reposer. C’est un endroit pittoresque et tranquille si on se tient loin des intrigues de la ville. Les renards et les lapins y sont abondants et leur chasse est un sport national

Société/Culture : 
Firenze est un état monarchique, mais ceci n’est vrai qu’en nom seulement. En effet, quoique le roi et la reine soit chefs d’états et peuvent passer des lois et faire des changements constitutionnels, les cinq villes-états ont tous le droit de les refuser. Ces cinq villes-états sont toutes indépendantes les unes des autres et ont chacun leur propre gouvernement, parfois complètement différent les uns des autres. Ces villes-états passent leurs propres lois, récoltent leurs propres taxes et sont presque des pays indépendants. Par contre, ces villes paient la royauté pour s’occuper des relations entre les villes, de la défense du pays (même si toutes les villes ont leur propre armée) et des liens commerciaux. Pour les biens de la cause, le roi et la reine de Firenze sont des médiateurs et des figures de proue pour les relations intermunicipales et internationales.

Tout comme La Rochelle, leur contrée voisine, Firenze a tout dernièrement connu un boum économique et social sans précédent. La Grande Épidémie qui a dévasté La Rochelle a aussi fait ses ravages en sol Firenzien. Par contre, Firenze s’en est beaucoup mieux tiré. Après avoir perdu un peu plus que la moitié de sa population, la classe marchande eu tôt fait de reprendre sa place et d’avancer sa station et sa richesse, si bien qu’elle a presque complètement dépassé la classe noble. La noblesse, endettée, a vite apprit à entrer dans le commerce, sans quoi elle aurait disparue.

Firenze se caractérise par cinq classes sociales. Tout au haut de cette échelle on y trouve l’ancienne noblesse et la noblesse marchande. Celle-ci comprend les marchands les plus riches ainsi que les nobles “commercialisés”. Ensuite, au deuxième rang, viennent les marchands et les banquiers. Ceux-ci sont des individus qui ont su investir dans les entreprises des autres pour multiplier leurs investissements. Au troisième rang, on trouve les marchands qui n’ont pas su faire une aussi grosse fortune que leurs confrères ainsi que les artisans, forgerons, cordonniers… Presque au bas de l’échelle se trouvent les travailleurs qui sont souvent très pauvres. En dernier lieu, il existe une classe qui avait disparue jusqu’a maintenant dans La Rochelle et Firenze, mais que la classe marchande, avide d’argent facile, a tôt fait de ramener: les esclaves.

Il existe une énorme différence en terme de revenus entre les différents paliers sociaux. Ainsi, la vie de tous les jours se caractérise par une jalousie extrême des classes supérieures à la sienne. Ce qui fait de Firenze un endroit qui n’est pas très confortable socialement. L’intrigue politique et sociale ainsi que les signes de révoltes ne sont jamais très loin.

Les esclaves de Firenze sont surtout des esclaves domestiques. C’est à dire qui aident dans la maison. Chaque individu du premier et deuxième rang ont au moins un à deux esclaves par personne. Ceux des troisièmes rangs et parfois certaines familles du quatrième on un à deux esclaves par maison qui servent toute la famille. Firenze est caractérisé par la consommation de la population. Un des résultats de cette consommation est le refus de faire des tâches ménagères par les plus riches. Les esclaves domestiques sont habituellement bien traités et respectés par la famille qu’ils servent. Un autre type d’esclave est apparut durant les dernières années au sud du pays. Les esclaves les plus robustes sont maintenant envoyés pour cultiver les champs et les mines qui appartiennent à la classe marchande. Par ce fait, cette classe vient augmenter encore plus ses profits. Ces esclaves ont généralement une courte espérance de vie et sont très maltraités.

Certaines familles ont tôt fait de miser sur l’esprit de consommation et la corruption générale du pays en servant les vices les plus cachés des clients qui peuvent se les payer. Ces familles contrôlent la prostitution, la drogue et les poisons ainsi que tout produit ou service illicite. Ces familles criminalisés aussi appelés “vebrecini” contrôlent le crime organisé du pays et ont une influence quasi totale sur quelques régions du nord du pays. Ces familles profitent présentement de la guerre avec La Rochelle pour infiltrer la scène criminelle de ce pays. Jusqu’à maintenant, ils n’ont pas vraiment réussit à y gagner un pied ferme, mais de plus en plus de jeunes gens de la classe pauvre se laissent séduire par l’argent facile promis par la Vébrécia.

Dernièrement, le roi Ferdinand II, pour augmenter son pouvoir et sécuriser son influence face aux villes-états a instauré une nouvelle branche à son gouvernement. Officiellement, cette branche appelée inquisition, a comme tâche de contrôler les problèmes avec les partisans Rochellois de la population. Mais elle a aussi une face cachée : elle accuse toute personne refusant la suprématie du roi d’hérésie. Ainsi, le pouvoir politique du roi a augmenté à un niveau jamais vu auparavant.

Firenze est donc un endroit empli d’intrigues ou de vaillants héros combattent la corruption chronique des classes supérieures de la Vébrécia. C’est aussi un endroit ou l’on peut acheter à peu près tout; si on en a les moyens.

Régions :

Vhappia : Cette ville se situe tout au nord de Firenze. On dit d’elle qu’elle est le siège du pouvoir Vébrécini. C’est une ville très pacifique ou la violence entre les familles criminelles est quasi non-existante. Ceci est du au fait qu’une seule famille est au pouvoir. En effet, le Duc de Vhappia fait partie de la famille Vhappini qui règne sur la région et sur la Vébrécia depuis longtemps, ce que plusieurs voudraient changer.

Trieste : A l’opposé de Vhappia qui est sous le contrôle total d’une famille Vébrécini, Trieste est contestée par non moins que huit de ces familles. Les deux plus grandes factions étant les Vhappini et les Terracini. Les rumeurs veulent que ces derniers emploient des créatures maléfiques pour arriver à leur fin. La ville semble pourtant calme aux yeux de ceux qui ne s’y connaissent pas. Par contre, la scène politique et criminelle est parsemée de meurtre et d’intrigue.

Villipria : Villipria est le joyaux de la couronne Firenzienne. C’est en effet la ville royale ou règne le bon roi Ferdinand II. La ville est tout à fait pittoresque, avec de longues avenues parsemées d’arbres, de grands jardins luxueux et de rues bordées de boutiques de tous genres. C’est le centre du commerce de Firenze. Tout ce qui se vend dans le pays et même ailleurs dans le monde, passe par ici. La ville a acquis une grande réputation comme un centre de commerce pour toutes nations. Cependant, la guerre qui fait rage avec La Rochelle a sut ralentir un peu le commerce auquel cette ville est habituée.

Turres : Cette ville portuaire se situe au sud ouest dans une des régions les plus riches du pays. Tout autour de cette ville on peut voir d’immenses champs de cotons, de blés et autres ainsi que de multiples mines, tout affairées par des esclaves. La ville elle-même est un endroit de commerce excellent et est très riche. Turres est aussi reconnu comme étant le meilleur endroit pour acheter des esclaves, que ce soit pour la maison ou les champs.

Pyrgosi : Pyrgosi était autrefois une ville ou les voyageurs du monde entier venaient passer leurs vacances. La ville était reconnue pour ses endroits de relaxation et de villégiature ainsi que pour le caractère médicinal de ses sources. Après deux ans de guerre avec La Rochelle, Pyrgosi n’est qu’un reflet de ce qu’elle était. La ville est maintenant officiellement contrôlée par La Rochelle, mais les environs sont encore contestés. Il ne va pas un jour sans que la ville ne soit témoin d’au moins une dizaine de disputes entre soldats Rochellois et Firenziens. Sans compter la population de Pyrgosi qui n’aiment pas du tout l’occupation.

Coutumes :
Lorsqu’un Firenzien cause la mort de quelqu’un il lui placera une lire sur chaque œil. Cet argent est pour le bénéfice de l’âme de la victime, pour qu’elle puisse payer Chiron, le guide des morts. Mais c’est aussi pour que s’il décide de rester et de chercher vengeance, les piécettes sur ses yeux empêcheront son âme de le voir dans l’au-delà.

Une autre coutume est de transporter le corps et de l’enterrer à un carrefour. De cette façon, l’esprit vengeur ne saura pas quel chemin prendre pour se venger.

Il faut toujours payer son hôte. Même si ce n’est qu’une pièce de réale. Ce geste est pour offrir de la chance en argent a son hôte. La coutume va parfois plus loin, surtout au nord du pays ou il faut payer tout service rendu, pour souhaiter chance en argent, mais aussi pour ne jamais être en dette d’une faveur.

Dans une nouvelle entreprise ou dans un nouveau projet, les Firenziens enterreront toujours la première pièce de monnaie gagnée. Ceci est une offrande au dieu Saul pour le remercier d’avoir envoyé la bonne fortune vers soi et aussi pour encourager l’argent à s’accumuler. C’est de cette coutume que viens le dicton : l’argent pousse dans les arbres.

Habillement : 
Les femmes portent de grandes robes aux couleurs vives. Des châles sont parfois ajoutés aux robes pour les faire ressortir encore plus. Une des couleurs favorites est le rouge. Pour les dames un peu plus aventurières on porte habituellement des pantalons foncés, quelquefois en cuir. Mais, on a quand même tendance à les agrémenter d’un châle de couleur vive.

Les hommes portent des pantalons foncés, traditionnellement noirs. On porte aussi des chemises gonflées avec parfois une veste. Les couleurs sont surtout foncées allant du mauve au vert. Un chapeau gonflé y est souvent ajouté.

Religion :

Chiron : Chiron est le guide des morts. C’est lui qui mène les âmes des Firenziens vers le monde dessous ou, tout dépendant de leur statut social et de leurs exploits, ils vivent au paradis ou à la chambre des damnés ou leur âme sera torturée à jamais. C’est aussi lui qui juge la valeur de chaque âme. Dernièrement, il est aussi devenu le patron des assassins. C’est un dieu qui fait peur à tout le monde, et il ne va sans dire que ses prêtres ne manquent jamais de respect et ont même un très grand pouvoir sur la population en général.

Saul : Saul est le dieu qui a le plus d’influence dans la vie Firenzienne. Il est le dieu de ce qui leur tient le plus à cœur: l’argent, la fortune et aussi la famille. Il est reconnu comme étant un dieu généreux qu’il faut respecter et à qui il faut constamment donner des offrandes. Ses cadeaux sont reconnus comme étant les seules richesses qui en valent la peine. Donc, à certains il donnera richesse d’argent à d’autre la chance et à d’autre la richesse de famille. Chanceux sont ceux sur lesquelles il pose son regard et à qui tout est donné.

Mazul : Ce dieu est le dieu de la justice. Mazul est un dieu qui a été très négligé dans les dernières années. Plus la société s’intéresse au commerce et se tourne vers le crime organisé pour obtenir ce qu’ils veulent, plus ils se tournent de ce dieu. Le roi Ferdinand est un des grands suivants du dieu de la justice et a créé l’inquisition pour, entre autre, ramener des enthousiastes à son nom.

Régassi : Déesse de la mer, de la fertilité et de l’abondance. Elle tient une place très spéciale dans les cœurs Firenziens ou la famille occupe une place très spéciale et ou le commerce, source de la richesse du pays, vient surtout de la mer.

Hadritia : Déesse du mystère, de l’intrigue, du pouvoir et des secrets. C’est vers elle qu’on se tourne lorsqu’on prépare un coup ou lorsqu’on détient le pouvoir. Mais aussi et surtout, c’est Hadritia qu’on apaise lorsqu’on a un secret et qu’on préfèrerait qu’il le reste ainsi.

Histoire : 
L’histoire de Firenze commença comme une province aux cotés de La Rochelle. En fait, au début, la partie à l’est du pays appartenait à cette province. Lorsque l’Imperium décida de couper leurs pertes et d’abandonner La Rochelle, ils abandonnèrent aussi Firenze. Contrairement à La Rochelle, Firenze réussit assez vite, grâce au roi Juan I, de se débarrasser des orcs qui avaient tentés de conquérir le pays. Les rois de la dynastie de Marco se suivirent un à un et un commerce constant commença avec Draioch et Sahira. Cette source continue de richesse en attira plusieurs dont Giuseppe de Stelle, un mercenaire sans scrupule. Il lui fallut trois ans, mais il arriva à faire tomber la dynastie de Marco et d’instaurer la sienne.

Giuseppe le Grand, comme il se nomma, fut un despote, un des pire tyrans que le pays n’aie jamais connu. Il déclara que tout les paysans appartenaient à la terre qu’ils cultivaient et qu’ils allaient être vendus avec. Le concept de serfs fut instauré au pays sous son règne infâme. Ce qui suivit fut nombres d’années sans changements ou tyran après tyrans utilisaient le pays pour s’enrichir. Plusieurs rebellions suivirent, mais nul n’eu de succès jusqu’au jour ou cinq héros combinèrent leurs efforts pour sauver le pays. Ceux-ci étaient: Gregory Vhappini, un voleur et un assassin de réputation; Lady de Trieste, la meilleure lame de son temps, il était dit qu’en pleine action son bras ne pouvait être vu à l’œil nu; Isabella Villipria, une barde qui avait longtemps lutté contre le silence imposé aux artistes du temps et dont la voix enchanteresse aurait amené plusieurs barons à leur morts; Juan Turres était un prêtre de Chiron à qui, selon ses dires, aurait été confié la tâche de libérer le pays par son dieu et finalement, Henri Pirgeot, qui changea son nom a Pyrgos, un Rochellois honteux des guerres civiles de son pays, il a été un des magiciens le plus puissant de son temps.

Ces cinq héros soulevèrent le peuple contre les tyrans qui étaient la menace de leur temps. Après une dizaine d’années de combats et d’acharnement, les Héros de Firenze réussirent à amener l’ordre au pays. Ils divisèrent le pays en cinq et y créèrent un système de ville-états qui persiste jusqu’à ce jour. D’ailleurs les villes de Firenze ont été nommées en leur honneur. Sous leurs règnes et celui de leurs descendants la prospérité revint. Quand la Grande Épidémie sévit en sol Rochellois, elle atteint également le sol Firenzien ou elle a eu plusieurs effets dévastateurs dont celui de décimer les familles des héros qui avaient régnés jusqu’à ce jour.

Firenze eu tôt fait de fermer ses frontières, de peur que le monde se compte de leur faiblesse. Le système de ville-état fut presque détruit lorsque, en sortant de la Grande Épidémie, Firenze se retrouva avec un roi. Les Ducs des cinq villes combinèrent leurs forces à celles des familles Vébrécia, apparues durant la catastrophe, pour expliquer quelques faits au roi. Le roi de cette époque devait choisir entre abandonner son idée d’être suzerain ou faire face à une guerre civile de laquelle il ne sortirait pas vivant. Firenze était faible et son éternel rival La Rochelle montrait des signes de ressurgir. La population ne voulait pas un autre conflit qui mettrait les Rochellois en position d’avantage. Le roi réussit à les convaincre de garder le poste de roi mais en tant que titre honorifique. Il garderait le titre, il monterait une armée nationale pour protéger le pays et serait plus un médiateur qu’un monarque. Voyant la quelque chose de très utile, ce fut accepté par tous.

Firenze, tout comme La Rochelle a connu une expansion économique, sociale et intellectuelle. Ce boum continue jusqu’à ce jour. Les arts ont maintenant une place de choix en sol Firenzien. D’ailleurs, tout les temples sont décorés par les meilleurs artistes du temps.

En 1521, le roi Ferdinand I invita le Cardinal de Manlieu à son château. Le roi essayait d’écraser le pouvoir des familes vébrécini et, avec le succès des réformes du Cardinal, espérait que celui-ci pourrais l’aider. Le Cardinal en profita pour remarquer la faiblesse de Firenze du coté militaire et le manque de confiance entre les villes-états. Aussi, il est dit qu’il tomba amoureux de la reine Isabella et que celle-ci ne fit rien pour réfuter ses avances. Selon des rumeurs, elle lui dit qu’elle ne pourrait être sienne tant que son cœur était Firenzien. Le Cardinal de Manlieu décida d’agglomérer Firenze à La Rochelle, pour qu’elle ne puisse refuser. Le résultat de cette escapade fut une guerre qui dura presque six ans. Pendant ce temps, La Rochelle réussira à prendre une partie de l’est du pays dont la ville de Pyrgos. Mais Firenze contestera avec acharnement chaque pouce que lui prendra La Rochelle. Un traité de paix précaire existe présentement entre les deux pays qui débuta quelque peu de temps après le décès de la reine Isabella.

Firenze devra plier les genoux au pays de La Rochelle tant et aussi longtemps que l’intrigue se poursuit au cœur du pays. Ferdinand I reconnaît ce fait, mais ne réussit pas à le faire comprendre aux autres villes qui ont une peur atroce des tyrans. Il a alors décidé de créer une inquisition pour unir le pays et promouvoir le dieu Mazul, son maître. L’inquisition a réussit à convaincre Turres de se joindre à l’alliance et aussi le Duc apposé de Pyrgos, mais il reste encore beaucoup de chemin à faire.

Légendes : 
Henri Pyrgos ne serait pas complètement mort, il aurait marché vers l’immortalité en devenant une Liche. S’il est encore parmi les nôtres, il doit être furieux de l’état de son pays et de la guerre contre La Rochelle.

Les Héros de Firenze auraient possédé des armes d’un pouvoir immense dans leur conquête du pays. Ces armes seraient encore en sol Firenzien et quiconque les trouve deviendra propriétaire d’une immense puissance.

À chaque année, Chiron ouvre les portes de son domaine pour que les morts puissent recevoir un tribut de la part de leurs descendants. Pendant cette journée, tout les habitants doivent faire une offrande aux morts et laisser toutes les portes et les fenêtres ouvertes. Des villages entiers auraient étés détruits par des morts-vivants à qui on n’aurait pas porté respect.

Rumeurs : 
La famille Terracini utiliserait des monstres et des créatures maléfiques pour arriver à leur fin. Certains vont même jusqu’à dire que les chefs de familles sont de ces créatures maléfiques eux-même.

La reine Isabella aurait réciproqué l’amour de Manlieu et espérait de tout son cœur qu’il réussisse sa conquête. Isabella aurait été délaissée par le roi Ferdinand qui aurait préféré, de loin, ses soldats à sa femme. Maintenant, on chuchote que la reine Isabella aurait trouvé la mort par empoisonnement et que son assassin aurait été engagé par le roi lui-même.

La famille Vhapini aurait mis un prix sur la tête du roi Ferdinand. La rumeur veut que le roi ne sache pas se mêler de ses propres affaires.

La nouvelle Inquisition semblerait plus intéressé à contrôler la scène politique et imposer le dieu Mazul, que les buts demandés par Ferdinand. Elle semble avoir tôt fait de changer ses plans.

Métier/Classes : 
Tout comme La Rochelle, Firenze donne une place de choix à ses guerriers. Ceux-ci sont des soldats ou des soldats de rues ou même encore de simples aventuriers. Tous sont des figures romantiques auprès de la population normale. Les forestiers sont non-existant, mais les paladins sont de plus en plus communs maintenant que la religion de Mazul redevient connue du public.

Les magiciens n’ont jamais disparus de Firenze. Il est très commun pour un Duc ou un noble d’avoir plus d’un mage à son emploi. Firenze emploi beaucoup de mages pour ses bateaux et pour transporter des biens entre deux points en un rien de temps. Les mages sont toujours en demande et leur paie est souvent haute.

Les prêtres ont, et ont toujours eu, une place de respect dans la société Firenzienne. Leurs dieux contrôlent des aspects très importants de la vie des Firenziens et ceux-ci préfèrent garder ces dieux de leur côté. Les prêtres aident à guider les croyants au travers les maints rituels pour apaiser les dieux. Chiron en particulier a un effet de terreur tel qu’aucun Firenzien n’oserait toucher un de ses prêtres.

Les voleurs ont une place de choix parmi les familles Vérénici ou ils peuvent trouver du travail constant. Ceux qui travaillent hors de ces familles sont constamment en danger de rétribution de ces familles qui veulent contrôler le crime. Les bardes aussi sont très populaires autour des classes riches, certaine en engage même en permanence ou en commandite.

En plus les Firenziens peuvent devenir après des années de service aux familles criminalisés des Vérécini ou “vrai famille”. Ils peuvent aussi devenir Inquisiteurs. Dernièrement, plusieurs deviennent officiers, en un effort pour libérer le sol de Firenze de la puissance Rochelloise. Finalement, les assassins abondent dans les villes contrôlées par le crime organise.

Monstres : 
La campagne est emplie de danger dont des harpies, plusieurs hydres font leur nid près de la mer et des wyverns sont communément vus dans le ciel. Un jour par an, le pays est couvert de morts vivants qui cherchent leurs meurtriers ou leur famille qui les ont oubliés.