Impérium

Imperium

Le Conquérant

Écologie :
Le territoire de l’Impérium est vaste. Entouré d’eau qui agit comme thermostat naturel, le continent possède un climat clément et doux où les étés sont chauds et où la neige s’accumule rarement l’hiver. Seule sa frontière ouest est sujette aux tempêtes particulièrement violentes de l’océan Mirreah avec ses typhons et ouragans qui érodent les rivages de sable blanc.

À travers l’Empire des routes ont été construites et sont soigneusement entretenues. Elles sillonnent l’île Impériale et ses anciennes provinces. Elles permettent de circuler partout rapidement et sécuritairement. Ces voies sont localement pavées de pierres, là où la circulation est plus dense, ou se résument à de simples sentiers de terre battue pour les routes secondaires. Une voie navigable reliant la frontière Est à celle du Sud a été creusée par des esclaves pour servir de raccourci entre la Mer du nord et le détroit d’Anguille ainsi qu’éviter la saison des tempêtes (et les pirates) dans l’océan de Mirreah.

Le relief peu accidenté et le climat tempéré favorisent la production et l’exploitation agricole. Les terres sont divisées en grandes fermes qui, à part pour un petit potager qu’on retrouve à l’arrière de chaque maison, se concentrent soit sur l’agriculture ou l’élevage presque industriel. Le blé est la plante la plus cultivée au pays. Des aqueducs assurent l’alimentation en eau de tout le territoire.

Les bois qui subsistent sont ceux qui ont résisté au défrichage des forêts mixtes d’antan. Quelques magnifiques forêts vierges existent encore, mais celles-ci sont maintenant protégées et réglementées pour préserver la ressource. Même les contreforts des montagnes ont été domestiqués. Ils ont été mis à profit pour élever des chèvres, un bétail sélectionné pour sa capacité à vivre des riens de la nature.

Le pays a récemment perdu beaucoup de terrain au nord, au sud et à l’est dû à des événements catastrophiques. Au nord, une partie de l’Île Impériale a été saccagée, et seul le Mur d’Hadryan a réussi à retenir les barbares. Depuis, ceux-ci ont été chassés de l’Île Impériale, mais les territoires au Nord de celle-ci sont toujours aux mains des barbares. Au sud, la jungle avance sur le pays à une vitesse impossible, les Féras ayant semble-t-il lancé une malédiction. Et à l’est une importante Île est maintenant en mains Rocheloises.

Histoire Récente :
Le bref historique qui suit est un résumé des évènements au pays pendant les dernières années.

1537:

  • Les Héros des Milandes disparaissent à Draioch, ce qui relâche la Cour d’Hiver endormie depuis des siècles. Une guerre terrible débute entre la Cour d’Hiver et la Cour d’Été. La guerre se fait surtout dans le Monde des Faes, mais elle a un effet chaotique et catastrophique sur le climat des Milandes. Cette période de Guerre se déroulera entre l’an 1537 et 1541 et sera connue sous le nom “La Crise des Faes”.
  • Les ravages causés par les Cours qui s’affrontent se limitent au nord et à l’est du pays. Le centre (bassin de l’agriculture et du commerce) reste peu touché. L’Impérium réussit donc à subvenir aux provinces en détresse sans trop de problèmes.
  • L’Impérium débute une expansion vers le nord pour s’emparer de territoires d’Holmgard
  • Les familles nobles du nord et de l’est s’appauvrissent et demandent à la capitale d’intervenir en leur faveur, plutôt que de laisser les familles centrales s’enrichir sur leur malheur.
  • Le pays de Holmgard est durement touché par la Crise des Faes. Les familles nobles ressentent la faiblesse au nord et à l’est et, avec leur soif de pouvoir et de richesse, ils poussent les généraux impériaux à augmenter la vitesse de l’expansion vers le nord. Les généraux s’y opposent, prônant plutôt une avancée suivie d’une fortification du pouvoir, mais à la fin la noblesse convainc l’Empereur et la poussée est ordonnée.

1538: 

  • La deuxième année de l’expansion nordique va à merveille. La noblesse pousse la continuité et la cadence de l’invasion, mais la fatigue commence à se faire sentir dans les légions au front.
  • Le général Hadryan, héros de l’Impérium, tente de convaincre le Sénat et l’Empereur de ralentir l’expansion. Il n’est pas contre celle-ci, mais s’oppose plutôt à la cadence, au manque de support de la capitale et au manque de nouvelles recrues pour continuer. Au début il ne fait que s’opposer, puis commence à mener une mutinerie qui pourrait mener à une révolte. Un soir, il envoie une lettre contenant un ultimatum au Sénat. Son corps exsanguiné et décapité est retrouvé dans sa tente (qui était pourtant fortement gardée) le lendemain. Sa tête est retrouvée plantée sur un pieu à l’entrée du camp entre les deux tours de guet. Plus personne n’ose parler de mutinerie et l’invasion reprend.
  • Plutôt que de prendre la rébellion d’Hadryan comme un avertissement, les familles nobles du cœur de l’Empire veulent plutôt faire une démonstration de pouvoir. L’invasion et l’apprivoisement des jungles de Fera Kurr débute, et avec celle-ci l’ouverture d’un second front.
  • L’invasion de Féra Kurr se fait elle aussi à un rythme rapide. Les Féras ne sont pas organisés militairement, et bien que leurs raids causent des dommages aux légions déjà fatiguées, l’avance des légions implacable. Des dizaines de milliers de Féras sont pris en esclavage, et des kilomètres de jungles sont brûlés puis transformés en fermes.

1539: 

  • La dernière année de ce qui sera appelé l’Âge d’Or de l’Impérium. L’empire est à son apogée, son expansion semble implacable. L’Impérium tourne son regard vers La Rochelle, qui est au prises d’une famine dévastatrice. La Troisième Expansion est planifiée et les effectifs sont déplacés pour débuter l’invasion de La Rochelle dès le printemps suivant.
  • Une série de crimes est aussi notée à travers l’Empire. De plus en plus de corps exsanguinés sont découverts dans les ruelles des villes de l’Impérium. La majorité sont des non-citoyens et des esclaves, mais certains sont aussi des gens de la classe ouvrière.

1540: 

  • La Troisième Expansion débute. L’Impérium s’empare de la région neutre qui le sépare de La Rochelle.
  • Un soir de printemps, l’impensable débute, la chute de l’Impérium commence.
  • Un soir tranquille, le massacre qui sera connu sous le nom de “La Nuit des Rivières de Sang” débute. Des vampires, ayant semble-il infiltré les familles nobles et les aristocrates, tournent à l’état sauvage. Ils perdent le contrôle de leur soif et se mettent à tuer tout être vivant à proximité. Les villas des nobles riches qui les abritent, puis les grandes villes surpeuplées se transforment en charniers. Les vampires tuent tout sur leur passage. Les survivants racontent que tellement de personnes furent massacrées ce soir-là qu’on pouvait voir le sang couler le long des rues, d’où le nom donné à cette nuit affreuse.
  • La Nuit des Rivières de Sang fait comme victimes les plus grandes familles et les meilleurs généraux. Les grandes villes auront perdu 50 à 60% de leur population. C’est seulement grâce à l’efficacité Impériale que l’empire ne s’effondre pas du jour au lendemain.
  • La Nuit aurait pu faire beaucoup plus de victimes si ce n’avait été de la bravoure et de l’entraînement des soldats impériaux. Entre le premier cri et l’arrivée de l’aube ils auront tué la grande majorité des vampires responsables du massacre. Au total, l’Impérium perd en une seule nuit 30% de sa population et 60% de sa noblesse… et tous les esclaves Féras ont disparu.
  • Les Légions de la Troisième Expansion sont rappelés d’urgence vers le cœur de l’Impérium pour aider avec les séquelles du massacre. Les Légions de la Première et Deuxième Expansions sont encouragées à commencer une retraite organisée pour cimenter la protection de l’Empire.

1541: 

  • L’impérium est en pleine défaillance. Les terres gagnées au nord sont abandonnées, stratégiquement au début, puis en vitesse par la suite. Holmgard semble s’être fait de nouveaux alliés et sont en quête de vengeance. Au cours de l’année, l’Impérium procède donc à une série de retraites, qui ne se termineront qu’en 1543, avec la construction du mur d’Hadryan.
  • Au coeur de l’Empire, un conseil d’urgence, qui se donnera le nom du Conseil des Sages, prend le contrôle. Il est composé des quelques généraux restants, qui n’ont aucune expérience, et ils prennent une série de mauvaises décisions qui coûteront cher à l’Empire.

1542: 

  • Le Conseil des Sages est arrêté par les généraux Claudius Hadryan (fils du général assassiné), Culvutus et Sestus, aves l’aide de leur Légions. Ces généraux sont les responsables des retraites organisées des Légions des trois Expansions, et la seule raison pour laquelle l’Impérium continue d’exister. Ils n’étaient que des centurions au début des retraites, mais ont maintenant beaucoup d’expérience.
  • Le Conseil des Sages est exécuté pour trahison et le Triumvirat est formé. Le Tribun Hadryan représente le nord de l’empire, le Tribun Culvutus représente l’est et le Tribun Sestus représente le sud. Personne n’est nommé pour représenter le cœur de l’Empire, celui-ci est blâmé pour ce qui est arrivé.

1543: 

  • Une résistance acharnée se fait à la frontière nord, avec des Légions des trois Expansions tentant de retenir les forces de Holmguard. Une guerre atroce, ou le combat durera 11 mois sans arrêt, fait rage. Derrière le front, supporté par les Légions de la Troisième expansion, les ingénieurs impériaux construisent un projet de grande envergure: Le Mur d’Hadryan (nommé en l’honneur du général qui avait sonné l’alarme puis été assassiné). Le Mur d’Hadryan est un grand mur de pierre qui traverse complètement de l’est à l’ouest de l’Île Impériale, avec un fort Marin imprenable à chaque extrémité. À chaque 500 mètres se trouve une fortification armée de catapultes et de balistes. Une fois le mur terminé, l’invasion barbare est finalement arrêtée.

1544: 

  • Avec l’invasion barbare terminée, l’Impérium peut enfin tourner son attention vers l’intérieur. Une guerre entre les Tribuns débute presque immédiatement.
  • La Guerre du Triumvirat fait rage pendant l’été et l’hiver et se termine lorsque le corps du Tribun Culvutus est retrouvé devant le Sénat, exsanguiné et décapité. Sa tête ne sera jamais retrouvée. La journée même, le Tribun Sestus se rend chez son rival pour le reconnaître comme Empereur. L’Empereur reconnaît son geste en lui donnant un poste héréditaire de Sénateur, et en le reconnaissant comme “Héros de l’Impérium.”

1545: 

  • L’Empereur Hadryan ré-établit le Sénat. Celui-ci contient 100 sièges. Le nord est le plus lourdement représenté avec 55 sièges qui seront donnés à des Grandes Familles déplacées par les invasions barbares ainsi qu’à quelques centurions et soldats qui auront donné de leur sang pour l’établissement du Second Empire. L’est se voit accordé 15 sièges, le sud en aura 25 et le coeur de l’Empire n’en aura seulement que 5.
  • A l’horreur de tous, il est découvert que tout le terrain gagné au sud pendant la Deuxième Expansion est complètement perdu. La jungle à repris tout le territoire et les villages établis ont complètement disparu avec leur population.
  • La Première Expansion du Second Empire est déclaré pour reprendre le territoire perdu. Par contre celle-ci se fait anéantir par une armée de Féras qui semble surprenamment organisée. Le Sénateur Sestus est mis en charge de la situation, et celui-ci est capable de mettre un terme à la déroute des Légions de la Première Expansion et de solidifier la défense du territoire Impérial.

1546: 

  • L’Emprise de l’Empereur Claudius Hadryan sur l’Empire est totale. Le Sénat est bien établi et tout semble retourner à la normale dans l’Impérium. Pour la première fois en 6 ans, les citoyens n’ont pas l’impression que l’Impérium est sur le point d’être anéanti.
  • Les Légions fortifient le territoire impérial, et le commerce commence à reprendre.
  • Le Sénateur Sestus annonce au Sénat et à l’Empereur que la jungle à recommencé à avancer. La ville de Cellius est à moitié disparue sous la végétation et a été évacuée. Il annonce aussi que la Centurie qui à aidé à l’évacuation a été attaquée par une force de Féras et a subi des pertes importantes.

1547:

  • Une Légion au complet est levée avec pour unique but de retenir la jungle. Chaque semaines des kilomètres de jungle sont brûlés ou coupés, mais ils repoussent du jour au lendemain la pleine lune venue.
  • L’Impérium, toujours opportuniste, en profite pour se faire des réserves de bois et rebâtir sa flotte, mais l’avancée incessante de la jungle en inquiètent beaucoup. De plus les ruines de la ville de Cellius n’ont jamais été retrouvées.
  • Les Héros des Milandes réapparaissent à Santiago.
  • Au Sommet de Santiago tenu cette année, l’Impérium accepte de payer un tribut à Holmgard pour faire arrêter les hostilités et pour ravoir le nord de l’Île Impériale. L’Impérium ne prend pas bien les menaces de l’envoyé Vaurakien et envoit des troupes à Draioch pour aider dans la guerre. De plus l’envoyé réussit à renouer les contacts avec plusieurs pays, ce qui aidera grandement le Deuxième Empire à se rebâtir.

1548: 

  • Vauraken n’as pas apprécié que l’Impérium le défie. La Confrérie du Serpent envoie des Disciples clandestinement ouvrir plusieurs portails vers les enfers sur les terres Impériales. Le Chaos revient sur l’Impérium pendant des semaines. Les Légions réussissent quand même à ramener l’ordre. Avec l’aide des Devonniens six des portails seront découverts et refermés dans l’année, un autre le sera en 1549. Le dernier est toujours introuvable, mais ne semble plus actif. L’empereur s’inquiète que les démons se préparent à l’utiliser en masse.
  • Cette année le Sommet est à Draioch et l’Impérium demande de l’aide de ses alliés pour refermer les portails. Devon envoie des spécialistes, tandis que Draioch accepte de fournir plusieurs composantes magiques nécessaires
  • L’Impérium signe un traité de non-agression avec Holmgard en échange d’un large tribut.
  • Finalement, l’Impérium demande à la Nouvelle Rochelle de leur rendre l’Île au nord ouest de leur pays qui appartenait depuis longtemps à l’Empire mais que les Rochelois on prise pendant les années de chaos. La Nouvelle Rochelle refuse et l’Empire décide donc de soutenir Voresj’Heim, un pays orc qui s’est implanté dans le nord-est de la Nouvelle Rochelle.

1549:

  • Le commerce Impérial est complètement rétabli.
  • L’Impérium parraine Voresj’Heim pour qu’il soit reconnu comme égal auprès des autres nations. Ils aident aussi à convaincre Draioch d’accepter l’aide des orcs dans la guerre.

Société/Culture :
Depuis longtemps déjà, le peuple languit sous le poids de l’Empire. Au tout début, on retrouve des traces du gouvernement original qui comportait des conseils de plusieurs sujets. Les gens votaient pour élire ceux qu’ils voulaient à la tête du gouvernement. Puis, il y a longtemps, à la suite de l’expansion du pays, le premier Empereur prit le pouvoir. Le pays bénéficie du premier système social. L’empire paie pour le transport de l’eau aux villes et chacun a droit à son pain quotidien. De leur côté, chaque homme capable de tenir une lance doit s’enrôler dans l’armée pour une période de vingt ans minimum. Quoiqu’il est possible de racheter une partie ou toute son obligation militaire.

À l’apogée de l’Empire, plus du tiers de la société de l’Impérium consistait d’esclaves. Depuis les troubles et la disparition soudaine des Féras, ce nombre est beaucoup moindre. Les esclaves sont soit des anciens prisonniers de guerre, le résultat de piratage, des citoyens trop endettés ou encore des enfants de familles pauvres vendus par leurs parents. Les esclaves n’ont pas le droit de vote et ne peuvent acquérir de terres. Ils peuvent par contre gagner de l’argent, et faire un très bon salaire en s’occupant des besognes que personne ne veut faire lorsqu’ils ne servent pas leur maîtres. En général, les esclaves plus éduqués sont plus dispendieux, sont mieux écoutés et vivent plus longtemps. Les esclaves peu instruits finissent souvent dans les galères ou en tant que gladiateurs. Au palais de l’Empereur, on retrouve plusieurs esclaves médecins de haute renommée capable de faire des chirurgies extrêmement complexes. Certains autres sont ingénieurs ou scribes.

La deuxième couche de la société consiste en « hommes libres. » Ces gens sont pour la plupart des esclaves qui ont réussi à se libérer, soit en achetant leur liberté, soit en étant libérés par leurs maîtres pour une quelconque reconnaissance. Ils ont le droit de posséder des terres ou des commerces, mais n’ont pas le droit de vote et ils ne peuvent faire partie des conseils qui organisent les services sociaux et dirigent le pays.

Dans la troisième classe de gens, on retrouve les plébéiens. Ces gens ont le droit de vote et peuvent aussi obtenir un poste au Sénat. Ces gens naissent libres et sont pour la plupart des ouvriers, des paysans, des artisans et des marchands. Les revenus de cette classe dépendent grandement du type d’emploi qu’ils ont. Les marchands sont de loin les plus aisés de ce groupe.

Les individus du dernier rang sont les familles nobles. Depuis la Nuit des Rivières de Sang la composition des familles nobles a beaucoup changé. La majorité des vieilles familles aristocratiques ont disparu, massacrées par les vampires qu’elles abritaient, ou encore ont complètement perdu toute influence et se sont fait enlever leurs titres et leurs terres, les nouveaux nobles impériaux les ayant jugées coupables des évènements qui ont presque mené à la chute de l’Empire. La majorité des nouvelles familles nobles appartiennent à la classe militaire et sont celles des anciens centurions qui se sont prouvés au combat et ont sû aider l’Empire à rester en un morceau. L’autre grande partie de la nouvelle noblesse est composée des marchands sans qui l’Empire n’aurait pas pu rester aussi profitable et fort. C’est la noblesse qui forme en majorité le Sénat. Par contre, le cœur de l’Empire a perdu son contrôle sur celui-ci. Le Nord détient 55 sièges, le Sud 25, l’Est 15 tandis que la région du cœur de l’Empire n’en détient que 5.

Les membres du Sénat gouvernent le pays et sont les yeux, les oreilles et quelques fois la bouche de l’Empereur. Les nobles sont facilement les plus riches et les plus influents de l’Empire. Ils sont d’une classe à part pouvant vivre à l’extérieur des lois.

La majorité des gens habitent en ville. Ceux qui ne peuvent acheter leur propre domus habitent les insulas. Ce sont des immeubles pouvant atteindre six à huit étages. Le premier étage est souvent réservé aux appartements du propriétaire du complexe ou est loué par des entrepreneurs qui occupent des commerces. C’est le seul niveau qui a accès aux latrines, à une aire de cuisine et, parfois, à de l’eau courante. Ces appartements sont pour la plupart mal isolés, ne comportent pas de vitres et risquent de s’effondrer ou de passer au feu. En fait, une invention est survenue pour aider à contrer le problème du feu : la pompe à piston.

Régions :

Le Mur d’Hadryan: Le Mur d’Hadryan est un long mur en pierre qui sépare le tiers de l’Île Impériale au nord. Il a été construit très récemment pour arrêter l’avancée implacable des barbares de Holmgard. Pendant quelques années c’était là la frontière nordique de l’Empire et sans ce mur nul ne sait jusqu’où les barbares auraient pu envahir. Par contre, récemment, Holmgard a accepté de redonner la totalité de l’Île Impériale. Depuis les nombreux forts qui longent le mur ont moins de garnisons et on parle même de les abandonner. Par contre personne n’ose songer à détruire le mur.

La Jungle Affamée: On appelle la Jungle Affamée la jungle au sud du pays qui n’arrête de tenter d’engloutir le sud du pays. Avant que l’Impérium ne se rende compte de son avancée, la ville de Cellius fut perdue. Les citoyens furent évacués juste à temps, mais depuis les recherches pour cette ville sont infructueuse. Pourtant les cartes disent que la jungle a été repoussée plus loin que l’endroit où la ville se trouvait à de multiples occasions. La jungle continue à ce jour à avancer et menace toujours d’engloutir le sud. Une Légion au complet, en plus d’une armée de travailleurs, sont dédiées à tenter de la repousser. Des kilomètres d’arbres sont coupés chaque année, mais la jungle revient toujours. Les Impériaux, toujours opportunistes, utilisent la situation pour se faire une riche réserve de bois (qui est rare sur l’Île Impériale) et utilisent celui-ci entre autres pour reconstruire la flotte.

Les Terres Ravagées: Au Nord de l’Île Impérial, de l’autre côté du mur d’Hadryan, se trouvent les Terres Ravagées. Cette région a grandement souffert des prédations des barbares et tente tant bien que mal de se remettre sur pied. Cela ne fait que quelques années que les terres sont revenues en main Impériale et quoique le travail est ardu, le futur de la région est prometteur. On y trouve entre autres beaucoup de chasseurs de métaux qui parcourent les champs de bataille à la recherche de richesses faciles en pillant les corps des victimes enfouies.

Libérium: La ville centrale de Libérium est le siège social de tout le pays, elle fait aussi partie de la région d’Espirus. C’est l’endroit des principales demeures des membres du sénat ainsi que du palais Impérial de l’Empereur Hadryan. Cette ville est située au bas de la chaîne de montagnes des Aigles. Libérium contient plusieurs attractions qui sont connues partout dans le monde, incluant un port magnifique, des bains luxueux, des jardins verdoyants, une arène capable d’héberger un pays complet ainsi qu’un centre curatif de grande renommée. La ville a beaucoup souffert des années chaotiques de la Crise des Faes et de la Nuit des Rivières de Sang, mais l’Empereur actuel à tôt fait de rétablir la splendeur du joyau Impérial. On dit que toutes les routes mènent à Libérium.

Actium: Actium occupe la partie nord de l’île principale d’Impérium. Elle fait partie des Terres Ravagées. La région a été particulièrement touchée par la guerre. Le Tribun de la région n’a pas encore été nommé, mais plusieurs marchands tentent avec espoir de convaincre l’Empereur de leur attribuer le titre.

Pontus: Pontus est une région qui est encore gouvernée par les descendants natifs de la région. L’une des rares familles nobles à avoir gardé la faveur de l’Empereur. Le Tribun de Pontus avait pris la part du Général Hadryan (père de l’Empereur actuel) dans le conflit entre celui-ci et le Sénat.

Coutumes : 
Les coutumes peuvent différer d’une province à l’autre. Par exemple, à Aléria, les coutumes ressemblent à celles de la Nouvelle Rochelle, étant donné que cette partie du pays a été jadis conquise. En général, les coutumes qui sont « typiques » d’Impérium sont celles que l’on voit le plus souvent sur le continent.

Habillement :
La tunique est l’habit le plus commun chez les hommes comme chez les femmes. Les tuniques de cette région sont presque aussi larges que longues. Dans le cas des hommes, cela veut dire à la longueur des genoux, dans celui des femmes, les tuniques peuvent presque toucher par terre. Les épaules des tuniques sont attachées pendant les temps très chauds. Par temps chaud ou froid, les tuniques sont attachées au tronc par une ceinture. Les femmes, en plus, les attachent juste en dessous de la poitrine par un ruban. La toge, inconfortable mais élégante, est réservée aux plus aisés pour les occasions spéciales, tel le Sénat.

Les couleurs des tuniques et des toges dépendent du statut social de la personne. Par exemple, le blanc le plus clair est réservé aux sénateurs et à leurs épouses, tandis que les esclaves sont relégués aux bruns. Les prisonniers et les êtres moins charitables portent des couleurs parfois aussi sombres que le noir. Les plébéiens portent habituellement une tunique blanche tirant sur la couleur crème. Les gens plus riches portent une tunique avec des bandes de rouges et les nobles portent des bandes mauves. L’empereur porte des bandes de mauves et d’or.

Les guerriers les plus riches peuvent s’offrir des armures de cotte de mailles alors que les moins riches ont des armures de cuir bouilli ou clouté. L’armée impériale offre aux commun des soldats une armure cloutée ou à bandes de métal appelée Lorica Segmentata. Dépendamment de la région du combat, les soldats portent de grosses bottes de cuir ou des sandales de guerre (caligulae.)

Religion :
Les dieux disparurent dans un moment chaotique pour l’Empire. Les prêtres ont cru que les dieux les avaient abandonnés et annonçaient la fin de l’Empire. Pour tenter de calmer le peuple, le Triumvirat fît assassiner ou mettre au cachot les prêtres annonçant le plus fort la fin de l’Empire et les remplaça par des personnes prêtes à suivre l’un des dieux ayant survécu à la disparition. Ces prêtres auront tôt fait de calmer les foules et de présenter la disparition comme étant plutôt une évolution du monde. Ce sont ces prêtres qui donnèrent le nom de Second Empire à l’Impérium tel qu’il est présentement.

Pour montrer l’exemple au peuple, lors de son couronnement, l’Empereur Hadryan annonça qu’il prenait une déesse étrangère comme marraine, la déesse Brigide, et qu’il régnerait avec sa bénédiction. Depuis, les dieux actuels ont chacun trouvé une place de choix dans le monde très cosmopolite de l’Impérium. Mares reste le dieu favoris des soldats, mais tous les autres dieux ont un culte fort et en santé.

Histoire :
D’après les vieux contes, les ancêtres d’Impérium n’étaient que des tribus modestes sur lesquelles régnaient des chefs de clans. Les Pharaons de Khépri avaient pris l’habitude de puiser dans cet endroit pour y trouver des esclaves pour bâtir leurs immenses palais et tombes gigantesques. Les Khépriens prirent la peine de s’assurer d’élever, tel le bétail, leurs esclaves. Ils conservaient et encouragaient les naissances masculines, pour avoir plus d’esclaves disposés aux travaux lourds. Après quelques générations vécues en milieu hostile, les esclaves apprirent beaucoup de leurs maîtres. En autres, ils apprirent l’art du combat et des jeux de gladiateurs, l’écriture, les mathématiques, la philosophie et la médecine.

La tension entre les esclaves et les Khépriens continua d’augmenter jusqu’au jour ou un groupe d’esclaves se rebella. Le chef de ces esclaves, un dénommé Alexius, l’un des gladiateurs les plus connus et amant de la reine Neferet I, réussit à défaire son peuple des chaînes qui les retenaient. Sous sa tutelle, quelques milliers de gladiateurs, ouvriers et soldats qui venaient de son peuple originalement se frayèrent un passage jusqu’au Grand port de la rivière Eshe. Pour s’assurer la voie libre de leurs tourmenteurs, ils incendièrent la ville et tous les navires dont ils n’avaient pas besoin. En fait, cette ville de Khépri ne revit plus jamais le jour, le Pharaon ordonna qu’on ne la rebâtisse jamais, et ordonna que son épouse y trouve la fin. Son corps vint nourrir les flammes.

De retour sur le sous-continent d’Espirus, Alexius et ses hommes se rendirent tôt compte qu’ils ne pouvaient réintégrer les petites tribus qui y faisaient encore leurs vies. Ils avaient trop changé, ils étaient plus instruits et se doutaient que les Khépriens continueraient à les pourchasser, eux et leur descendance. Ils s’acharnèrent donc à construire des fortifications et des défenses et appelèrent la petite ville fortifiée Libérium. Lorsque leurs anciens maîtres vinrent à leur rencontre, les anciens esclaves, qui étaient beaucoup moins nombreux que leurs assaillants, leur livrèrent un combat terrible.

Ce combat ne dura que peu de temps, les troupes Khépriennes étaient mal organisées pour chercher des hommes qui se sauvaient autant qu’ils attaquaient par surprise. Le Pharaon n’envoya donc plus de guerriers à la poursuite des renégats. Les suivants d’Alexius continuèrent leurs efforts pour survivre sur la terre de leurs ancêtres. Les chefs existants des environs n’étaient pas aptes à se défendre contre ces guerriers qui étaient entraînés depuis leur tendre enfance. Par ce fait, après quelques escarmouches, ils furent bien obligés de leur laisser le champ libre. Par contre, il manquait quelque chose d’important à la survie du peuple nouvellement libéré.

Les Khépriens revinrent en force quelques années plus tard. Cette fois, les chefs de tribus et les suivants d’Alexius s’allièrent pour repousser l’ennemi. Malgré le fait qu’ils étaient moins nombreux et moins équipés, ils réussirent tout de même à contrer leur adversaire. Le Pharaon se résigna et ne chercha plus d’esclaves sur Espirus.

Après ce combat, un conseil fut formé pour que les ressources de tous soient mises à la disponibilité du pays naissant. Au fil des années, c’est cette alliance qui permit aux gens d’Impérium non seulement de se défendre, mais aussi d’assurer leur expansion.

L’expansion de l’Impérium fut en premier lieu un moyen d’assurer leur liberté, puis celle de leurs voisins. Puisque les gens d’Espirus n’étaient plus une source plausible d’esclave, mais maintenant un ennemi juré, les Khépriens durent se tourner vers d’autres contrées. Impérium fit de même pour empêcher les Khépriens de s’en prendre aux autres. Par ce fait, plusieurs contrées venaient se joindre aux forces de l’Impérium d’elles-mêmes plutôt que de faire face à l’esclavage.

Au fil du temps, l’expansion devint une façon de s’enrichir. Khépri avait compris depuis belle lurette que des esclaves maltraités ne constituait pas une source de serviteurs adéquats. Les sénateurs d’Impérium, par contre, avaient pris goût à l’opulence qui venait des richesses des pays conquis. L’Impérium devint un envahisseur qui vit ses terres presque rejoindre les côtes de Draioch et qui est parvenu à croiser les fers avec les armées de Vauraken.

Au sommet de sa gloire, l’Impérium avait réussi à étendre son bras jusqu’aux contrées du pays des marchands. Elle avait aussi englobé son ancien tyran Khépri, et les vastes royaumes de Milandes, Firenze et de La Rochelle. Elle s’apprêtait même à conquérir les Terres Barbares ainsi que celles de Draioch et Vauraken. Les armées de l’Impérium ne connaissaient aucun ennemi capable de les repousser. On disait à ce moment que toutes les routes menaient à Libérium. En fait, on peut encore de nos jours retrouver plusieurs des anciennes routes qui liaient les provinces lointaine à l’Île Impériale.

Puis, vint le déclin de l’empire. Le Sénat était devenu infecté de politiciens mous et assoiffés de richesses. La décadence devint plus importante que la conquête. L’empire n’avait jusqu’alors connu aucune défaite et il semblait aux politiciens, dont certains n’ayant jamais vu eux-mêmes de combat, qu’ils étaient invincibles. L’argent qui aurait dû servir aux troupes était à la place utilisé pour acheter toutes sortes de commodités aux patriciens avides de conforts. Suite à ce manque d’argent, les commandants et les nobles en terres conquises étaient incapables de garder l’emprise qu’ils avaient déjà et étaient donc incapables de continuer à soutenir les nouvelles conquêtes. Les monstres et les pestes du milieu du continent eurent aussi leur part du blâme pour dénuder le territoire de l’Empire.

De plus, attaquer plusieurs fronts à la fois était dangereux et épuisait rapidement les ressources du gigantesque Empire. Les pays qui restaient à conquérir étaient des durs à cuire. Les chevaliers de Draioch, bien qu’ils ne soient pas très instruits, avaient l’expérience de se battre contre des monstres fabuleux et terribles. Les Vaurakiens, eux, n’attendaient que le moment de prouver leurs compétences martiales et les attendaient donc, souriant et à bras grands ouverts, armés jusqu’aux dents.

Une grande partie de la force d’Impérium vient de ses esclaves. Durant les quatre derniers siècles, l’Impérium s’est retrouvé les mains pleines avec une nouvelle race qu’ils ont tenté de mater à l’esclavage: les Féras. Ceux-ci se sont révoltés d’une façon bien pire que lorsque Alexius avait libéré les siens originalement. Entre autres, les Féras ne s’étaient pas gênées pour faire comprendre aux humains qu’ils n’étaient à leurs yeux qu’une source de viande. Depuis, on ne voyait que très peu de Féras sur Espirus, les esclaves Féras étaient gardées dans les autres régions.

Depuis, à cause de l’avarice des familles nobles, de la taille impossible à soutenir de l’empire, des rébellions locales dans les provinces lointaines, d’une guerre à quatre fronts puis de la première rébellion Fera, l’Impérium avait perdu plus de la moitié du territoire qu’elle avait conquis à son apogée. L’Impérium ne consistait plus avant la Crise des Faes que de l’île principale et ses abords. Elle reste incapable de s’affirmer contre la puissance technologique de la Nouvelle Rochelle et a perdu l’avantage du nombre.

Légendes :
Les forêts qui restent sur Espirus sont hantées par toutes les âmes provenant des ennemis de l’Impérium tués au combat… Les fermes avoisinantes ont un culte aux forêts et s’assurent de faire des offrandes quotidiennes à leurs habitants. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’aucune demeure n’est sans amulette protectrice au-dessus de sa porte.

Les Impériaux ont en fait tendance à être très superstitieux à propos des vieux champs de batailles. Ils croient que dormir seul par une nuit de pleine lune sur un champ de bataille peut te tuer.

Rumeurs :
On raconte que les vampires auraient longtemps contrôlé les familles nobles de l’Impérium et qu’ils avaient une cour secrète dans laquelle les vraies décisions du pays étaient prises. La mort du Général Hadryan exsanguiné est souvent mentionnée en exemple. Le fait que l’un des membres du Triumvirat à été retrouvé exsanguiné lui aussi est un mauvais présage pour le futur du Deuxième Empire.

On raconte que la Jungle Affamée continuera à envahir de plus en plus l’Île Impériale et elle n’arrêtera seulement que lorsqu’un Féra sera nommé empereur.

Métier/Classes : 
Dû à l’ampleur du pays, les métiers de tous les genres sont possibles à Impérium. Par contre, les druides se font rares dans la région d’Espirus.

Monstres : 
Les monstres du continent se font très rares. On les chasse sans relâche pour les jeux de gladiateurs. On en importe aussi plusieurs des autres régions.