Vauraken

Le Royaume Absolu

Langue parlée : 
Majoritairement anglais

Écologie : 
Un des pays le plus humide qui soit. Les habitants racontent qu’il y a deux saisons véritables : L’été est une saison pluvieuse où chaque journée se termine par un orage, et la saison très pluvieuse qui correspond à l’hiver. L’humidité de la Mer du bain des dragons est incapable de franchir les hautes altitudes des monts du pays voisin et précipite sur le relief en vallon de Vauraken. Ce sont des terres fertiles et chaudes idéales pour l’agriculture. Tout y pousse et y pousse bien. Le faible relief permet le défrichage en terre de culture sans appauvrir la région. Le bétail y est à l’aise. Des années d’agriculture ont transformé le pays. Le Royaume de Vauraken est parsemé de villes et de villages entourés de champs cultivés ou de terre d’élevage. Pourtant, il existe encore quelques forêts denses aux arbres de taille géante spectaculaire. La nature sauvage restante est maintenant protégée à titre de territoires de chasse. Seules les montagnes du pays réussissent encore à cacher quelques secrets de la nature.

Société/Culture : 
Le Royaume de Vauraken est présentement sous l’emprise d’une tyrannie totale. Pourtant, il y a longtemps le pays était dirigé par le Conseil Divin: sept demi-dieux, fils et filles des cinq dieux du royaume. Ce conseil était bon et juste et dirigeait non seulement pour le bien de leur pays mais aussi pour le bien de leurs voisins. Ils créèrent une tradition militaire dans leur pays, et se servirent de leurs forces guerrières pour protéger leurs voisins des talons de l’Imperium et de tout autre danger. Les anciens parlent de ce temps comme de l’age d’or de l’humanité : un temps de paix et de gloire sans pareil.

Pendant ces longues années, pour conserver le pouvoir militaire du pays, il était obligatoire pour tout adulte, quel que soit leur sexe ou statut social, de s’enrôler dans l’armée. Pour ceux qui ne voulaient pas y aller, il était possible d’acheter son service militaire. Par contre, servir son pays était un tel honneur pour un citoyen que même ceux qui avaient l’argent pour racheter leur service ne le faisait pas. Cette tradition continue jusqu’à ce jour.

Puis un jour, il y a deux cent cinquante ans, le plus jeune membre du Conseil Divin, Vauraken, décida qu’il voulait s’approprier tout le pouvoir. Il attaqua ses pairs par surprise et, en moins de cinquante ans, Vauraken fut le seul à régner. Il eut tôt-fait de se nommer être suprême et effaça toutes traces des autres religions du royaume ainsi que l’ancien Conseil Divin. Il renomma le pays “Le Royaume de Vauraken” et renomma la monnaie en son nom. Il utilisa les années suivantes pour changer l’histoire officielle du royaume et pour placer ses serviteurs favoris au pouvoir.

Il existe deux sociétés qui contrôlent tout sur le territoire : l’armée et les Disciples. Les Disciples sont une confrérie de mages, dont Vauraken fait partie. L’armée est immense et est en mesure de faire sentir son pouvoir sur le peuple. Mais, les disciples sont les favoris du tyran et donc, par ce fait, ont beaucoup plus de contrôle qu’ils ne devraient avoir. Vauraken, lui, est au-dessus de toutes ces politiques et son pouvoir est absolu. On dit, à voix basse, que Vauraken est mégalomane et égocentrique. Ce que l’on dit aussi par contre, c’est qu’il est un génie militaire et politique et doué de pouvoirs quasi-divins qu’il n’a qu’augmenté en se débarrassant de ses confrères et consœurs du Conseil Divin.

La population survit dans un climat de peur constante. À tout moment les Scribes, la police secrète de Vauraken, pourraient défoncer leur porte pour les accuser de traîtrise. On ignore ce qui arrive aux traîtres car jamais personne n’a été prononcé innocent pour revenir expliquer leur aventure. Il semble toutefois que ces accusés sont forcés de compromettre d’autres citoyens. En effet, une fois qu’un traître est appréhendé, il ne tarde pas avant qu’un véritable fléau d’arrestations s’en suive. Les seules raisons qui retiennent les citoyens au royaume est leur amour de leur pays et leur fierté militaire. Ce sont ces raisons qui rendent le Royaume de Vauraken redoutable pour ses voisins.

Jusqu’à maintenant, Vauraken ne s’est pas attardé à imposer ses valeurs sur d’autres contrées. Le Pays des Marchands est protégé de Vauraken par son influence monétaire. La perte des profits de la vente des immenses quantités de blés vendus au Pays des Marchands serait catastrophique. Draioch se retrouve aussi à l’abri des attaques de Vauraken à cause de sa force magique. Le bon nombre de magiciens puissants à la disposition de Draioch en cas de détresse est suffisant pour détourner plusieurs projets d’invasions. Vauraken travaille pour contrer cette force avec l’établissement de ses disciples et les maints pactes fait avec des dragons et des démons.

Régions :
Le Vieux Pays :
 Cette partie du royaume, qui est en fait la plus grande, est le pays original. Sa superficie fait 85% du territoire. La noblesse magique du royaume, les Disciples, sont originaires de cet endroit. En fait, pour être citoyen, on doit être né dans le vieux pays

Atharim : Tout de suite après sa saisie du pays, Vauraken commença son assujettissement de ses voisins. Atharim fut la première conquête du pays. Atharim est un pays de nomades à cheval. Leur culture était autrefois centrée sur la vie à cheval et le pays comprenait très peu de villes. Le pays était par contre riche en terres et en or. La conquête fut facile, Atharim étant constituée de nombreuses tribus qui se faisaient la guerre entre eux. Leur manque d’unité leur a coûté le pays. Maintenant, leurs chevaux leur ont été enlevés et leurs terres données à la noblesse magique. Tout ce qui reste au Atharim est le service militaire. Plusieurs y entrent dans l’espoir de gagner le titre de citoyen et de donner ce privilège à leurs enfants.

Coutumes :
Les habitants du Royaume de Vauraken ont une tradition militaire fière et forte. Le temps qu’ils offrent en service militaire à leur pays est pour eux un prestige et un honneur incomparables. Ceci est une tradition qui date de très longtemps, soit avant l’arrivé au pouvoir du tyran. La majeure partie de la société désire garder cette tradition vivante et pure parce qu’il est le seul vestige de leur gloire passée. Les habitants sont donc des experts du combat. Même le plus vieux paysan sait se défendre de façon comparable à un soldat d’une autre nation. Si jamais Vauraken se décidait à déclarer la guerre à ses voisins, il serait muni d’une armée si forte que rien ne pourrait l’arrêter. Il est cependant si centré sur lui-même qu’il ne remarque pas la prouesse martiale de ses habitants, préférant se pencher sur la force qu’il connaît : la magie.

Une nouvelle tradition a fait son apparition, il y a de 200 ans environs. La noblesse, plutôt que de s’engager dans l’armée, décide depuis peu de seconder les disciples et apprendre la magie. Ce qui n’empêche pas aux nobles les plus loyaux à l’ancien régime de servir dans l’armée.

Chaque soir et chaque matin, les sujets du royaume doivent faire une prière à Vauraken. La prière doit être fait de façon exacte et chaque mot doit être prononcé précisément. Le tyran entend chaque prière et est également conscient de ceux qui omettent d’exprimer celle-ci. Il arrive que Vauraken apparaisse aux fautifs pour en faire des exemples. Lors de ces sessions d’exemples, on retrouve la Capitale entourée de pieux et de cages exposant quelques échantillons de ceux qui auront refusé de se soumettre à ses requêtes.

Habillement : 
La majorité de la population porte des vêtements simples et utilitaires, n’adornant aucune couleur vive pour ne pas attirer l’attention des Disciples. Les femmes portent des robes très modestes allant parfois jusqu’à cacher le dessus des mains. Les femmes comme les hommes de l’armée portent des armures de métal. Les plus riches et les plus hauts placés portent une armure de plaque complète. Pour ce qui est des paysans, qui ont moins d’argent pour se procurer des biens, ils optent le plus souvent pour une armure de cuir. Ceux qui réussissent à mettre de l’argent de côté portent un chandail de cotte de maille. Les Disciples portent de longues robes garnies de décorations et de bijoux qui reflètent leur rang parmis l’organisation.

Religion : 
Une seule religion a survécue à Vauraken : celle que ce dernier a inventée pour ses disciples. Vauraken a totalement effacé toute trace des religions des cinq dieux originaux. Selon le Vaurakenisme, Vauraken est destiné à diriger le monde. La religion vaurakienne estime que leur seigneur a créé le monde pour son propre plaisir et qu’il s’en débarrasserait lorsqu’il s’en sera lassé. Ses fidèles doivent prier à chaque jour pour conserver leur vie qu’ils doivent à Vauraken. Ils doivent aussi prier de ne jamais être nommé Traitorius Extremis, ce qui les priverait eux et leurs descendants, d’entrer dans le service de l’armée.

Histoire : 
La population ne peut se rappeler un temps ou le pays s’appelait autre chose que le Royaume de Vauraken. Il est vrai que pendant l’expiation qui suivi son arrivé au pouvoir absolu, Vauraken a fait disparaître et oublier d’innombrables faits historiques. Inclus dans ces faits sont les noms des six autres êtres qui dirigeaient le pays pendant son age d’or ainsi que les noms des cinq dieux qui veillaient sur le pays autrefois. Tout ce qui reste de la réelle histoire du Royaume est transmis par le bouche-à-oreille.

D’après les anciens, le royaume était autrefois un état martial pacifique qui se servait de sa puissance militaire pour bloquer l’avance de l’Imperium vers le sud à partir de ce qu’est maintenant La Rochelle. Le territoire continuait jusqu’au sud dans ce qui est maintenant le Monde des Morts. Le pays était dirigé par sept êtres supérieurs; chacun un fils ou une fille d’un des cinq dieux et déesses. D’après les contes, ces dieux étaient bons et bienfaisants et avaient donné aux mortels qui les adoraient leurs enfants pour les guider vers l’âge d’or de l’humanité. Les choses restèrent ainsi pendant au moins deux mille ans. Les dieux veillaient, à travers le Conseil Divin, sur la population et les sauvaient des pires catastrophes. Ainsi, La Grande Épidémie qui ravagea La Rochelle fut arrêtée en deux jours par le Conseil. La vie en ces temps était bonne et, sous le conseil, le pays créa sa tradition militaire.

Puis, le Monde des Morts est apparue. Le sud du pays fut étouffé par la pénombre des terres maudites. Vauraken, le plus jeune des membres du Conseil Divin, perdit alors ce qui était la région sur laquelle il veillait. Selon les dires, il aurait marché pendant trois jours dans les terres maudites pour arriver aux terres de son frère aîné en bordure de celles-ci. L’année d’après, Vauraken fit le premier pas vers sa dictature en tuant son frère et en s’emparant de son territoire. Ce qui suivit est cinquante ans de guerres civiles, après lesquelles Vauraken en sortit le seul et unique dirigeant du pays. Il fit vite de changer l’histoire du pays et de faire oublier le Conseil et ses patrons divins.

Dans les années qui suivirent, il instaura ses Disciples dans la mobilité et fortifia son pouvoir et sa religion, basée sur lui-même. Il laissa la direction du régime militaire sous la tutelle des officiers existants. Ce qui permit à l’armée de rester quasi intacte depuis l’arrivée du tyran. Néanmoins, il se servit de cette armée pour attaquer le pays voisin de Atharim et l’annexer. Vauraken était sur le point de faire de même avec le Pays des marchands lorsque les pressions économiques de ceux-ci réussirent à convaincre Vauraken de remettre cette conquête à plus tard. Le pays fut ensuite désarçonné par le pays voisin de Draioch. Un fait que Vauraken aimerait mieux oublier. À partir de ce moment, il décida de remettre ses conquêtes à plus tard et se concentra sur des alliances. Pour amadouer ses voisins, il mit sa milice au service de la toute nouvelle Alliance de la Passe. Le tyran se concentre depuis ce temps sur la magie qu’il connaît bien et entraîne toujours ses Disciples.

Aujourd’hui nous sommes en l’an 200 de Vauraken et il semble bien que le tyran soit bientôt prêt à faire son premier coup vers la dominance du monde. Si jamais Vauraken se rend compte de la puissance militaire qu’il détient et s’en sert en synchronisme avec la magie de ses Disciples, il pourra conquérir le monde en moins de deux. Jusqu’à date, il semble qu’il ne reconnaît que l’allégeance de ses magiciens.

Légendes : 
Les dragons qui vivent dans les montagnes et forêts environnantes seraient les serviteurs des dieux d’autrefois. En effet, il existe cinq types de dragons et chacun de ces ordres ont à leur tête un dragon d’un âge immense. Vauraken serait le fils de Lissiturn, le dragon du sud. Celui-ci est l’ancien des dragons rouges qui habitent le sud et qui seraient originaires des terres maintenant couvertes par la Passe.

L’épée du frère aîné de Vauraken pourrait tuer le tyran. L’histoire veut que son maître l’ait lancée dans les firmaments avant sa mort dans l’espoir que quelqu’un d’autre pourra reprendre le combat contre son frère. Selon les légendes, l’épée devrait retomber au sol très bientôt.

Rumeurs : 
Vauraken aurait été autrefois, lui aussi un dirigeant de bon cœur. Selon les rumeurs il serait devenu fou lorsque le Monde des Morts est tombée sur son territoire. Les trois jours qu’il aurait passé à marcher au travers de ces terres damnées auraient aggravé la situation.

Vauraken aurait acquis les pouvoirs des Conseillers au moment de leur mort. Si on compte que chaque Conseiller était un demi-dieu, cela devrais faire de Vauraken un dieu en nom propre. Plusieurs accusent que Vauraken n’est pas encore tout puissant et, bien qu’il puisse exaucer les sorts de ses prêtres, il n’a toujours pas transcendé sa chaire. Les rumeurs soufflent doucement que Vauraken avait été un jour amoureux. On ignore toujours l’identité de cette personne bien qu’il existe quelques indices de qui elle serait. En ce qui a trait de son emplacement, personne ne sait ou elle se trouve. Vauraken la garderait-elle prisonnière ou serait-elle cachée?

Vauraken aurait fait un pacte avec Lissiturn, l’ancien des dragons rouges. Il aurait même réussi à lui prendre sa liberté et Lissiturn serait maintenant son esclave. Vauraken compterait utiliser la force des dragons pour partir à la conquête de Draioch. Selon d’autres rumeurs, il aurait fait des pactes bien plus sinistres avec les maîtres des terres damnées.

Métier/Classes : 
La majorité de la populace se lance dans la classe guerrière ou forestière. Chaque citoyen doit entrer dans l’armée dès un jeune âge. La population est très fière de sa tradition militaire. Un guerrier qui se distingue des autres peut avoir la chance monter en grade et devenir officier. Devenir membre de ce rang est un prestige sans pareil pour toute la famille.

Il existe des paladins, mais ces derniers sont loyaux à l’armée ou encore aux idéologies des anciens qui racontent de l’âge d’or de l’humanité. Il semble que les paladins du royaume soient les seuls qui soient immunisés à la prière de Vauraken. En effet, les paladins ne semblent pas êtres obligés de la faire et il semble que Vauraken ne peut entendre celles-ci de toute façon.

La classe de prêtres n’est pas très populaire, mais chaque village doit en avoir trois au minimum, les villes plus. Dans la capitale, il semble qu’au moins la moitié de la population ait une fonction ecclésiastique quelconque. Les prêtres de Vauraken sont donc mécontents de leurs sorts pour la plupart, et ne servent qu’avec réticence. Il existe par contre l’ordre des S’bires. La population au complet a peur des S’bires. Ces derniers sont les prêtres de Vauraken qui lui sont fanatiquement loyaux et qui semblent voir la trahison partout. À ce que l’on sache, le pays ne contient pas de druides.

Un citoyen ne peut pratiquer de la magie que s’il est noble ou s’il en a gagné le droit. Les magiciens occupent le rôle de Haute Noblesse dans le royaume et Vauraken lui-même considère la vocation de magicien comme la seule vraie voie au pouvoir. Les magiciens du royaume ont donc tendance à regarder les guerriers, et surtout les guerriers nobles avec mépris et ridicule. Les magiciens qui se font remarquer peuvent devenir magistrats et recevoir un territoire, un village ou une ville à diriger.

Dans un pays où la tyrannie a appauvri la majorité de la population, les voleurs sont très communs. La plupart ne volent que pour leur subsistance, mais il semble y avoir plusieurs organisations criminelles qui opèrent à travers le pays. Les seules chansons pouvant êtres chantés et les seuls ouvrages littéraires pouvant êtres écrits ou lut doivent être au sujet de Vauraken. Les bardes de cette région sont extrêmement rares étant donné le manque d’inspiration.

Monstres : 
On peut retrouver dans les montagnes et forets du royaume, un nombre assez haut de dragons, ceux-ci semblent aimer se faire prendre pour des humains. Le pays est aussi très souvent l’hôte de morts vivants qui réussissent à traverser les défenses de La Passe