Le Pays des Marchands

Tout à un Prix

Langue parlée : 
Majoritairement français

Écologie : 
Cette région est la plus au sud, mais est toutefois bien en haut de la Passe. Elle bénéficie d’un climat chaud et sec avec un ensoleillement quasi permanent et des étés caniculaires. La météo est changeante avec des précipitations irrégulières dont des orages spontanés et diluviens poussés par des vents important venus de la mer. Le relief en coteaux, le drainage extrême, le ruissellement de surface, et les saisons sèches rendent nécessaire le système d’irrigation complexe établit pour la production de la nourriture. Tout de même, les conditions spéciales de cet environnement permettent la culture de fruits et légumes qu’on ne peut retrouver nulle part ailleurs, ainsi que des épices rares. Le maquis est constitué de broussailles et d’arbre résilient, souvent épineux et vindicatif, s’agrippant au relief. Une abondance de petits mammifères, reptiles et insecte y vivent. Les gens qui peuvent se le payer prennent quelques fois des vacances au bord de la mer. On y élève des espèces rares de chevaux, que les gens d’ici adorent.

Société/Culture : 
Les gens originaires de cet endroit se font de plus en plus rares. La nouvelle culture marchande du pays permet de nombreux mariages de tous les endroits possibles. On peut donc y retrouver plusieurs types de coutume. Les natifs de cette région ne sont que trop heureux d’accueillir tous ceux qui désirent y rester tant et aussi longtemps qu’ils ont de l’argent à dépenser. On peut retrouver ici des gens de toutes les races et origines possibles.

La société au Pays des Marchands est basée uniquement sur une chose : l’échange de biens. À cet endroit, tout est à vendre ou à acheter. En fait, la plaisanterie locale est le nom de l’endroit même. La raison pour laquelle ce pays n’a pas de nom propre est tout simplement parce que l’on a oublié à qui on l’avait vendu tant il a changé de mains.

À part les commerces de la région, on y trouve également une industrie de tourisme proliférant à merveille. En effet, en plus des jolies plages, on peut y passer une bonne partie de son temps à visiter les restaurants, tavernes, musées, bibliothèques, théâtres et autres divertissements, sans compter les énormes marchés ou l’on peut trouver de tout.

Ce pays a à sa tête une monarchie qui est issue des gens originaires de l’endroit. Cette famille est elle-même avide de profits et assure la protection de son peuple avec non pas une armée, mais avec une guilde de police secrète. Cette police secrète est rarement reconnue et pose sous un voile d’occupations diverses. De cette façon, la monarchie s’évite plusieurs coûts et, de plus, les gens évitent les bêtises visibles. On ne sait jamais qui pourrait vous mettre au cachot ou pire encore, vous apposer une contravention! Quelques gens de la guilde, afin d’éviter les grabuges, emploient tout de même des gardes à l’air menaçant qu’ils font parader en ville question de rappeler aux nouveaux venus que la loi règne tout de même.

La famille royale, du nom de Virendra, est reconnue pour son ambition monétaire exceptionnelle. Aucun geste n’est posé sans qu’il n’y aille de revenu possible pour la famille. Leur plus récent exploit, jusqu’à aujourd’hui non dupliqué par les autres pays, est de marier une de leurs princesses à un pays avoisinant. En donnant l’une de leurs filles, la princesse Aréandra Virendra, le pays s’est assuré un lien plus solide à la culture et aux technologies plus avancées de La Rochelle.

Une grande partie de la population de cet endroit possède un bateau ou bien connaît quelqu’un qui possède un moyen de transport en dehors des lignes du pays. Les gens sont habitués de voyager et il n’est pas rare qu’une personne d’ici soit capable de communiquer en plusieurs langues.

Il existe un point à considérer pour les gens qui ne sont pas habitués au Pays des marchands. Les femmes ici sont très fières de leur genre et n’auront pas peur de le montrer. Sans être des femmes de petites mœurs, elles ne sont pas non plus gênées de laisser savoir ce qu’elles veulent, ni de se faire écouter. Gare aux hommes qui manquent de respect envers celles-ci : elles ont toujours des dagues d’argents sur leur personne et savent très bien s’en servir. Il est à noter que les femmes ici sont sur le même pied d’égalité que les hommes.

La vente de tous les biens possibles fait en sorte que certains marchands n’ont pas de très bonnes réputations. Les marchands de cet endroit font souvent partie de guildes entre lesquelles ils se font plusieurs contrats. Ces contrats sont manifestement très importants pour les gens de l’endroit et il n’existe aucune loi contre l’exécution d’une personne qui n’a su honorer celui-ci.

L’aristocratie est composée des guildes de marchands les plus riches. Or, le statut social de la population, à part pour la famille royale qui sait garder ses richesses, est constamment en train de changer d’après les investissements des gens et la compétition est violente. Les femmes de cet endroit ne reçoivent pas un entraînement aux couteaux pour un rien. Les guerres de commerces sont courantes et les espions sont presque aussi proliférants que des rats.

Régions : 
Le Pays des Marchands est divisé en trois grandes régions. Deux d’entre elles sont en bordure de la mer, et la troisième, un peu moins développée, est plus près de la Passe. Cette dernière sert surtout de zone intermédiaire d’approvisionnement avant de se rendre à la région des forteresses qui protègent de la Frontière des Morts.

Shaylee : La région de Shaylee se situe plus à l’est du pays. Elle est nommée d’après une des ancêtres de la famille royale présente. Cette région est une des plus riches et des plus achalandées de la région. Le commerce y est abondant à cause du va-et-vient constant des armées qui y font un séjour. La région est reconnue pour ses établissements culturels et la marchandise que l’on y trouve est de bon goût.

Cette région est aussi renommée pour ses académies et ses universités, si bien que plusieurs gens nobles et riches y envoient leurs héritiers. Quelque part dans la ville capitale de Shaylee, du même nom que la province, se trouve l’École des Ombres que l’on ne peut jamais trouver sans avoir un contact intérieur. On y retrouve les meilleurs maîtres de surveillance.

On reconnaît la ville capitale de loin par ses murs extérieurs beige pâle qui commencent et finissent sans vraiment avoir de plan de ville comme tel. Si on ne s’y connaît pas, cette ville peut devenir un véritable labyrinthe. Chaque maison, de la plus extravagante à la plus petite, possède une petite cour intérieure. Les meilleurs voleurs y connaissent des raccourcis et des passages secrets à n’en plus finir.

Tallulah : Le territoire de Tallulah est le plus vivant des trois. Une rivière la traverse pour se déferler dans la mer qui est au nord. La rivière permet aux gens locaux d’irriguer le reste des terres pour y cultiver toutes sortes de merveilles. Les commerçants viennent de loin et paient cher pour les épices et les fruits exotiques qui y sont récoltés.

Le problème, avec cette région, est la marchandise que l’on peut y retrouver fréquemment. Les terres ne se cultivent pas seules et bien que l’esclavage ne soit pas permis au Pays des Marchands, rien n’est vraiment fait pour améliorer la situation des travailleurs, « libres » qui viennent de toutes les régions. Ces ouvriers se voient forcés de signer des contrats de travail risibles qu’ils doivent honorer sans prétextes. De plus, étant donné qu’il n’existe pas de loi contre le meurtre d’une personne qui ne respecte pas un contrat signé, il ne va pas sans dire que ces gens sont considérés comme des esclaves.

Région du sud : Le pays du sud se situe en dessous et s’étend tout au long des deux provinces principales du Pays des Marchands. Ces régions sont quelque peu moins fréquentées que Tallulah et Shaylee, sauf pour des colonnes de marches utilisées par les soldats qui vont servir du temps dans la Passe. Cet endroit est ponctué par quelques plus petites villes ici et là le long des colonnes de mobilisations. Les seigneurs marchands les plus riches y ont de grandes villas qu’ils utilisent comme lieux de retraite et aussi pour y faire l’élevage de chevaux. Ici, le marchandage est moins féroce, sauf pour lorsqu’on discute le prix d’un cheval. À ce moment, les discussions s’enveniment quelques fois au point ou les marchands les plus agressifs refuse de faire affaire sans leur armée d’avocats, de notaire et de garde du corps personnel. Ceux qui veulent se ménager la contestation ne s’épargneront pas d’ennuis. Même si on est prêt à accorder le prix demandé, on aura droit à des regards remplis de dégoût.

Cette région habite aussi plusieurs familles qui attendent le retour d’un soldat qui séjourne à la Passe. En fonction du revenu du soldat, certains y installent leurs familles pendant leur temps de service à la Passe. Ils peuvent alors y revenir lors de leur congé et ainsi voir leurs proches plus souvent.

Coutumes : 
Dans ce pays où tout est à vendre, on montre aux femmes à se défendre. Chacune d’entre elles reçoit, vers douze ans, des couteaux en argent qu’elle porte en tout temps. En guise de confiance, ainsi pour indiquer qu’il doit la défendre, une femme qui décide d’épouser un homme lui donnera deux de ses couteaux. À partir du moment où elle lui a donné, une femme est considérée mariée. (Les gros mariages coûtent trop cher et sont de mauvais goût.) Tant que le mariage fonctionne bien, les couteaux donnés à l’époux possèdent apparemment des pouvoirs magiques.

Les jeunes gens, lorsqu’ils atteignent l’âge de maturité, passent quelques années à parcourir le monde. La plupart du temps, les gens jeunes reviennent pleins d’expériences et de marchandises exotiques à vendre. Ils en reviennent aussi avec la certitude que leur pays est le meilleur et qu’ils y reçoivent les meilleures opportunités de vie ainsi que la meilleure éducation possible. Par ce fait, les Marchands ont une attitude plutôt particulière face aux étrangers : un peu de dédain mélangé d’un vouloir de plaire.

À chaque saison, correspondant au changement de garde de La Passe, les habitants font une fête pour honorer ceux-ci. Pendant deux jours, quatre fois par année, tous les soldats qui traversent cette contrée se voient couverts de fleurs et de cadeaux, et personne ne manque de leur offrir l’hospitalité.

Habillement : 
Les femmes et les hommes portent le pantalon. Les vêtements sont de bonne qualité et fonctionnels avec un mélange de couleurs vives et sombres. Souvent, les vêtements sont ornés de fourrure. Les femmes et les hommes ont souvent des bijoux ornés de pierres semi-précieuses. Les gens préfèrent ces vêtements plus confortable et pratique parce que porter quelque chose de plus extravagant est considéré comme imprudent à l’égard des voleurs. Les gens portent plus souvent des bottes que des souliers, et on peut voir des hommes comme des femmes avec des armes.

Religion : 
Le dieu Dareh gouverne le cœur de la plupart des marchands tout autant que son frère Tadelesh. Le premier est le dieu des biens matériels et de l’argent tandis que le second est le dieu de la chance. La plupart des autels sont dédiés aux deux dieux simultanément. Des offrandes de monnaie sont régulièrement lancées dans les fontaines près des hôtels dans l’espoir qu’un des deux lui accordera une faveur. Les habitants avaient plus de dieux auparavant, mais ceux-ci sont les deux derniers qui restent d’un grand panthéon.

Étant donné que le pays accueille plusieurs voyageurs, on peut retrouver également plusieurs églises de religions de tous les genres. Les gens de différentes religions s’y côtoient paisiblement, quoique la plupart essaient d’éviter d’entrer dans la chapelle des Devoniens. Les gens ont remarqué que la magie autre que divine n’y fonctionne pas.

D’autre part, les autres nations, avec leurs ordres religieux divers, ne sont pas très enclines à accepter la religion des dieux des pays des marchands. Dareh et Tedalesh sont considérés par les autres dirigeants des organismes religieux comme étant abominables. Ces dieux ne se concernent pas des supplices humains et encouragent, en plus, leurs dévoués de ne penser qu’à eux-mêmes.

Histoire : 
Les gens de cette région vivaient autrefois en petites tribus nomades. Ils passaient le plus gros de leur temps à s’échanger des biens. Quelques fois, des guerres entre les tribus pouvaient éclater, surtout lorsqu’une histoire de troc avait mal tourné. Ces guerres pouvaient être très cruelles, certaines tribus y ont été exterminées.

Lorsque la Frontière de la Mort apparut, plusieurs des gens qui s’y trouvaient ont été transformés en morts-vivants. Ceux qui restaient voyagèrent péniblement vers le nord, et leur nombre diminua incroyablement. Les tribus restantes firent la paix par nécessité. Ils se faisaient tout de même attaquer assez souvent par les morts-vivants qui montaient eux aussi vers le nord.

Au moment où les Eldars mirent au point les défenses de la Passe, les gens s’appelaient les Akuji (morts mais réveillés). En effet, la plupart des gens s’étaient échappés vers d’autres contrées. Ceux qui y restaient toujours réussissaient à peine à subsister. Les développements de la Passe furent le plus grand bien pour les habitants qui, en plus d’être protégés, se sont donné la charge d’organiser une colonne d’approvisionnements pour aider les combattants qui donnent leur vie pour défendre le continent contre le Monde des morts.

De ces efforts est apparue l’industrie de mercantilisme que l’on connaît aujourd’hui. Quoiqu’il y eût plusieurs guerres entre les guildes de marchands, certaines réputées pour avoir été très sanglantes, la famille Virendra a su se démarquer pour devenir la famille royale. Jusqu’à maintenant, c’est toujours elle qui règne suprême au pays des marchands. Ce sont aussi eux qui auraient commencé ce qui est maintenant la farce et la fierté nationale d’avoir vendu le nom de leur pays.

La famille royale sait entretenir des liens avec les autres pays avec lesquels ils coopèrent. Tout en sachant garder assez de sécurité monétaire pour pouvoir se défendre contre les autres pays qui pourraient avoir le goût de s’approprier un bijou du capitalisme. En effet, le pays est maintenant assez riche pour acheter les autres pays environnants. Ce fait exerce une pression soutenable pour les autres pays qui ne savent plus trop si le Pays des marchands est une force qui pourrait nuire à leur mode de vie ou l’enrichir. Autour du Royaume de Vauraken circulent déjà des rumeurs qu’ils aimeraient bien s’approprier les terres et le marché du Pays des marchands.

Le Pays des Marchands a aussi déjà été sous l’emprise de terribles guerres contre le Duché d’Anguilles. En effet, au tout début de leurs efforts marchands les pirates posaient un problème ardu pour les marchands qui devaient faire parvenir leur stock par bateaux. Une des guildes de marchands eut une idée originale pour se défaire de ces maraudeurs. Certains se sont rassemblés pour former une guilde de pirates marchands. Cette solution, quoiqu’énormément corrompue au début, a su faire ses preuves. Maintenant, les guildes de pirates du Duché d’Anguilles savent à qui ils ont affaires. Il existe présentement une semi-paix entre les deux factions, qui coexistent presque sans anicroche.

L’invention de la presse de La Rochelle a été grandement exploitée chez les marchands. En plus des biens matériels, l’augmentation du nombre de livres écrits sur papier a eu pour effet de faire exploser le nombre d’écoles et d’améliorer l’éducation. Ainsi, le niveau de vie des Marchands n’arrête pas de s’améliorer. Dans les grandes villes, on retrouve maintenant un système d’égouts et d’aqueducs sophistiqués et les nouveaux quartiers sont maintenant architecturés. C’est en partie à cause de cette organisation urbaine que le Pays des Marchands a réussi à se protéger contre les épidémies qui ont dévasté les pays de La Rochelle.

Le Pays des Marchands est parfois aussi sous le contrôle d’un ennemi plus coriace dont les habitants d’ici doivent toujours se méfier : les maladies. En effet, avec tout le va-et-viens entre les différents pays, cette contrée doit toujours se méfier des possibles épidémies qui pourraient, d’un moment à l’autre, affligé les habitants. La dernière épidémie de La Rochelle a presque eu la raison de sa populace; ils étaient fin prêts à lapider tous les arrivants qui se sauvaient ou les marchands qui venaient de cette contrée, qu’ils soient originaires du pays des marchands ou non. Finalement, les guildes de marchands se servirent de l’occasion pour établir une autre façon d’accroître l’économie. À cette fin, une série de documents et une guilde de médecins guérisseurs travaillent maintenant constamment aux frontières et aux ports pour vérifier de la santé des nouveaux arrivés.

Légendes : 
Il existe un mage dans la ville de Shaylee qui a vu le Monde de la Mort tomber. Il en connaîtrait les secrets et travaille encore et toujours à détruire cette horreur. Personne n’a jamais réussi à le repérer et l’on ne retrouve pas vivants ceux qui partent à sa recherche.

La guilde Kyrene faisait autrefois partie de la même famille que les Virendra. Il y a longtemps, peu après la tombée du mur, le frère aîné fut promis à une des princesses Eldars pour cimenter le pacte de protection entre les deux nations. De cette union naquit un véritable amour, mais, puisque le prince Rylie Virendra était humain, sa courte vie allait mettre fin à leur bonheur.

Pour tenter de contrer ce destin, le prince Rylie tenta sa chance et parti à la recherche de la fontaine de jouvence. Cela lui prit trente ans pour revenir. Pendant ce temps, son frère cadet, Kyrene tomba lui aussi amoureux de la dame féerique. Kyrene réussit à convaincre la belle que son mari ne reviendrait pas. Emprise par le malheur, la tristesse d’Emberlynne eut l’effet opposé de ce que Kyrene espérait : elle mourut de son chagrin.

Lors du retour de Rylie, qui avait trouvé une solution, il découvrit la vérité des manigances de son frère et, à la place de lui enlever la vie, il bannit son frère en ne lui permettant de revenir qu’une fois par saison, pour un maximum d’une semaine à la fois. En effet, depuis ce jour, la guilde de Kyrene est toujours constamment en mouvement.

Rumeurs : 
La reine Marguerite de La Rochelle, née Aréandra Virendra princesse du Pays des Marchands, circulerait des secrets d’État à sa famille. Si jamais on la reconnaît coupable de ce fait, elle risque la pendaison ou pire… Il semblerait aussi qu’elle soit tombée amoureuse d’un Chevalier de Draioch. Celui-ci aurait répondu chaleureusement à ses avances. On dit aussi que Marguerite n’ait pas donné ses couteaux d’argent au roi de La Rochelle.

La guilde marchande Kyrene est reconnue pour ses liens de commerces avec plusieurs contrées. Cette faction est reconnue pour son commerce clandestin d’esclavage. Ils possèdent un réseau de trafic international qui s’étend jusqu’à l’extrême nord au pays barbare. Les habitants du pays commencent à être divisés au sujet de l’esclavage et les remous politiques commencent à se faire sentir. À ce jour, il existe très peu de lois à ce propos et la famille royale s’est chargée du devoir d’étudier le cas. Présentement, ils n’osent pas se prononcer, mais certaines guildes, dont les Corbeaux Blancs, commencent à argumenter le fait qu’ils puissent perdre des clients si l’abolition de l’esclavage n’a pas lieu.

Une des toutes dernières rumeurs veut qu’un groupe de vampire fasse la collecte de sang au travers du marché d’esclave et aussi avec les nouveaux venus et les visiteurs des lieux. C’est en partie pour cette raison que la Guilde des Corbeaux Blancs veut abolir le marché d’esclave. Ils espèrent qu’en enlevant l’offre, la demande ira ailleurs.

Métier/Classes : 
Étant donné la diversité des gens qui viennent de partout en ces lieux, on peut rencontrer dans ce pays des gens de tous les métiers possibles. Seuls les gens qui habitent en campagne produisent habituellement plus de guerriers, question de protéger les villages.

Pour ce qui est du reste, en général, on peut dire que la classe favorite de cet endroit est le voleur. Par contre, les gens préfèrent référer à eux-mêmes en tant que « marchands. » Seuls les marchands qui ne tiennent pas leur parole se font appeler « voleurs » et risquent, par le fait même, leur vie.

Outre les marchands, on retrouve aussi plusieurs académiciens. Certains sont venus agrandir leurs connaissances en toutes choses, alors que d’autres y résident en permanence pour échanger leur savoir avec leurs pairs. Dans cette catégorie, on peut retrouver les magiciens, les bardes, les prêtres et quelques paladins qui viennent pour s’enrichir l’esprit.

On peut retrouver plusieurs guerriers dans cet endroit. Pour la plupart, ce sont des mercenaires qui se font engager pour protéger des biens ou des demeures. Les assassins y figurent aussi en permanence, quoi qu’il faille chercher un peu pour en trouver un. Même si les meurtres pour les contrats non respectés ne sont pas punis, les assassins qui affichent leurs professions perdent plus vite leurs emplois… Entre autres.

Comme dans presque toutes les régions, les forestiers et les druides passent en dernier. On peut les retrouver quelques fois dans les villes à la recherche de quelques informations ou de produits, mais la majorité du temps, ils se font rares.

Monstres : 
Les monstres du Pays sont très diversifiés. Les gens qui y habitent gardent parfois des animaux exotiques dans des jardins zoologiques où pour leur bon plaisir et quelques fois, ces animaux s’en échappent. Il n’est pas rare d’entendre que des bêtes monstrueuses dans les parages qui guettent les enfants de la région.

En plus des monstres importés, il y a maintenant une série d’animaux qui ont été changés par la tombée du monde des morts. Ces animaux habitent plus particulièrement les régions très australes, mais quelques fois, en quête de nourriture, ces animaux bizarres remontent vers le nord.

Les autres monstres que l’on retrouve, encore plus souvent vers le sud, sont les morts-vivants et autres horreurs qui ont réussi à s’échapper de la Frontière de la mort. Étant donné que ces monstres chassent surtout la nuit, il est recommandé aux gens surtout ceux qui restent en campagne, de rentrer dans leurs demeures à la pénombre.