Nouvelle Rochelle2

Nouvelle Rochelle

La Romantique

Écologie :
À l’ouest ce pays pittoresque et modelé par l’homme est parsemé de villes et de villages reliés entre eux par des routes pavées. C’est un territoire au relief particulièrement doux, légèrement vallonné, avec des montagnes de faible altitude situées à l’ouest. Le bord de mer est abrupt et de composition calcaire, s’effritant en larges éboulis en pente douce. Les plages sont rocailleuses et peu hospitalières. Un canal artificiel a été dragué tout le long de la frontière avec Tecuani Watu à l’apogée de l’Impérium pour permettre l’accessibilité au pays. Les forêts anciennement luxuriantes ont été grandement nettoyées pendant les évènements qui ont mis fin à la Crise des Faes. Pour se défaire des faes, la majorité des forêts furent décimés, c’est à dire qu’un ou deux arbres sur dix (toujours les plus grands) ont été abattus, ce qui aura rendu les forêts de la Nouvelle Rochelle beaucoup plus aérées. Par contre la coupe fut beaucoup plus brutale pour certaines forêts alors que d’autres auront complètement disparu.  Les bois restants regorgent encore de toutes sortes d’animaux et d’une abondance de gibier. Les plus grands prédateurs que l’on puisse y trouver sont des loups, des renards et des faucons. Ces derniers sont souvent dressés pour la chasse.

À l’est c’est plutôt l’arrière-pays sauvage. Le relief est plus prononcé avec des collines et des vallons butant sur les hautes montagnes qui couvrent une partie de Milandes et tout Draioch. Le bord de mer est difficile d’accès, s’élevant en hautes falaises calcaires. Le bassin hydrographique, parsemé de lacs et rivières, se déverse dans la Mer du Bain des Dragons du haut de chutes vertigineuses ou de gorges étroites. Les forêts sont mixtes et plus profondes. Plusieurs vacanciers de tous les coins du continent y viennent pour se reposer. C’est un endroit pittoresque et tranquille si on se tient loin des intrigues de la ville. Les renards et les lapins y sont abondants et leur chasse est un sport national.

Histoire récente :
Le bref historique qui suit est un résumé des évènements au pays pendant les dernières années.

1537:

  • Les Héros des Milandes disparaissent à Draioch, ce qui relâche la Cour d’Hiver endormie depuis des siècles. Une guerre terrible débute entre la Cour d’Hiver et la Cour d’Été. La guerre se fait surtout dans le Monde des Faes, mais elle a un effet chaotique et catastrophique sur le climat des Milandes. Cette période de guerre se déroulera entre l’an 1537 et 1541 et sera connue sous le nom “La Crise des Faes”.
  • Les Héros des Milandes ont disparu depuis quelques mois déjà lorsque les premières répercussions de la guerre des faes se font sentir dans les nations de La Rochelle et de Firenze.
  • Les attaques de faes, qui au départ étaient rares et localisées, et qui n’avaient lieu que dans les bois, se produiront bientôt dans les villes. Les conflits entre les cours des faes s’accentuent et les humains en seront les victimes collatérales.
  • Dans La Rochelle, la population tente de s’unir et de s’organiser pour survivre. Chez son voisin Firenze, les choses se passent différemment. Certaines familles, les Vébriccinis à leur tête, tentent de tirer profit de la situation en étendant les ramifications de leurs influences sur les populations locales.

1538: 

  • À La Rochelle, dès le printemps, les attaques deviennent de plus en plus graves. On voit rapidement augmenter le nombre de morts suite aux nombreuses batailles défensives contre les faes. Ceux-ci s’affrontent parfois en grandes armées et n’ont aucun respect pour les villages ou maisons humaines qui se trouvent entre les deux fronts. D’autres fois les faes s’en prennent directement aux humains, sans aucune provocation. Il faut ajouter à cela le nombre considérable de décès liés aux rapides et successifs changements dans le climat ainsi qu’aux tempêtes de plus en plus fréquentes et dévastatrices.
  • Cette année-là, l’été ne durera d’ailleurs que quelques semaines et sera immédiatement remplacé par l’hiver, qui venait de remporter une victoire importante. Cette victoire de la cour d’hiver provoquera l’une des plus grandes famines de toute l’histoire de La Rochelle.
  • Les paysans, surpris par la fin brutale de l’été et par l’arrivée des glaces et des neiges, ne purent pratiquement rien sauver des récoltes. À ces dommages majeurs, il faut aussi ajouter les nombreuses pertes de vies animales. De nombreux troupeaux sont morts dans les pâturages, car les fermiers ont été dans l’incapacité d’aller récupérer les bêtes dans les champs.

1539: 

  • Ainsi, les stocks s’épuisent rapidement de même que les possibilités financières, et La Rochelle tente de survivre. La population, victime de la guerre des faes, commence à voir en elles un ennemi redoutable et cruel.
  • Le roi de Firenze tente de reprendre le contrôle des villes des mains des familles Vébriccinis. Bien qu’il aie réussi à reprendre certaines villes de l’ouest du pays, il n’arrive pas à reprendre le contrôle du pays en entier. La couronne ne possède pas les armes et ressources nécessaires. Il faut dire que le roi se fait vieux et n’a qu’une fille, donc aucun héritier selon les coutumes patriarcales du pays. Sa mort marquerait le début d’une guerre civile opposant les membres des grandes familles. Chacun tente donc de se positionner sur l’échiquier politique.
  • C’est dans ce contexte qu’une alliance militaire, alimentaire et financière entre La Rochelle et Firenze apparaîtra aux dirigeants comme étant la seule solution efficace pour gérer les crises déchirant les 2 nations. Une première rencontre est organisée entre le Roi de Firenze et la Reine-Mère de La Rochelle

1540: 

  • Ainsi donc, en 1540 sera célébré, en grand mariage, l’union de Philippe et de Isabella.  Cette union, bien qu’amenant un peu de stabilité au sein des nations, sera mieux perçue du côté des Firenziens qui, en sauvant leur voisin de la famine, s’en sortent avec fierté.
  • L’union du prince Rochelois et de la princesse Firenzienne permettra à la couronne de reprendre le contrôle des villes Firenziennes perdues aux familles Vébriccinis grâce à la puissance militaire de La Rochelle. Cette dernière verra la fin de la famine grâce aux nombreuses terres arables et aux stocks de grain de Firenze.
  • L’union des deux nations fera également place à la Déclaration des Droits Humains et au code de lois qui l’accompagne. La Nouvelle Rochelle utilisera cette charte afin de mettre définitivement fin à la Guerre des Faes en cours sur son territoire. La Charte offre à toutes les faes les mêmes droits que les Citoyens humains, mais obligent celles-ci à suivre les lois humaines et à devenir sujets de la Couronne Rocheloise. Suite à cette déclaration, toutes les faes qui refusent de se conformer aux nouvelles lois seront condamnées à l’exil et chassées du territoire.
  • Plusieurs faes acceptent le compromis, mais beaucoup le rejettent (surtout les faes qui se voient déjà comme sujets de l’une des deux cours féeriques).
  • L’armée se met alors à l’oeuvre et plusieurs faes sont surprises en plein combat par l’armée Rocheloise qui attaque les deux côtés du conflit sans préjugés.
  • La majorité des forêts furent décimés pour permettre aux forces Rocheloises d’en sortir de force les faes qui refusent de suivre le décret.
  • C’est alors qu’un exode des faes se met en place vers les terres de Milandes, qui deviendront un refuge pour les faes qui auront été bannies.
  • Mais le plus important, c’est qu’au final, la paix revient et le bonheur et la survie de la population de la Nouvelle Rochelle semble assuré.

1541:

  • Les changements se poursuivent à rythme constant. Les faes se font maintenant rares à la Nouvelle Rochelle. Même les dryades et les nayades ont fuis lors du Grand Exil. Les orcs semblent être les seuls à résister. En effet, leurs bannières s’unissent et s’organisent pour tenter de conquérir les territoires de leur ancien empire.
  • En cette année, la magie deviendra contrôlée. Il ne reste qu’une école de magie reconnue, et un permis émis par l’État sera dorénavant nécessaire afin de pratiquer légalement la magie.
  • Parallèlement, la Nouvelle Rochelle lancera son inquisition, dont la tâche première sera le démantèlement de l’ancienne inquisition firenzienne alors infiltrée et partiellement contrôlée par les Vébriccinis. En moins d’un an,  la nouvelle inquisition viendra à bout de l’ancienne et les Vébriccinis s’exilent dans le nord et dans les Pays Marchands où, de manière plus subtile, ils tentent de reprendre de l’influence.
  • Des mouvements révolutionnaires naissants tenteront quelques actions et s’afficheront anti-union. Ils seront rapidement contrôlés… du moins c’est ce que croit l’état.

1542:

  • Si au début la diminution de la magie accompagnant l’exil des faes était présent uniformément à travers la Nouvelle Rochelle, rapidement le manque s’est fait sentir beaucoup plus dans certaines régions que dans d’autres. Pour sa part, la capitale, Challon, vit très bien l’absence de magie. On remarque même que la technologie la remplace et fait vraiment beaucoup d’heureux. Les nouveaux savoirs, les compétences, les nouvelles professions laissent dans leur sillage énormément de gens satisfaits.
  • Partout dans la Nouvelle Rochelle, la technologie se développe à une vitesse ahurissante. La machine à vapeur est inventée et les “steamsmiths” qui s’y consacrent font des miracles. L’alchimie et les sciences prennent aussi leur envol.
  • Malgré le nouveau confort qui s’installe, les groupes anti-union se réorganisent. Les chefs se réunissent et mobilisent des troupes de Rochelois et de Firenziens sous la même bannière : les Enfants du Passé.

1543:

  • Déjà, des rumeurs circulent au sujet d’un nouveau groupe anti Nouvelle Rochelle.  Druides et faes (exilées et citoyennes) s’unissent dans le but de ramener les terres à leur état naturel. Les faes désirent reprendre de leur influence sur la nature. Bien que ce nouveau groupe soit patient et n’aie tenté que des actions discrètes malgré leur vision bien plus extrémiste que les autres groupes sécessionnistes, ils sont dans l’œil de l’État. D’ailleurs, on soupçonne déjà une alliance entre ce groupe et des démons.
  • Le Roi et la Reine de la Nouvelle Rochelle restent fermes: tout fae est le bienvenu à la Nouvelle Rochelle, tant qu’il suit toutes les lois humaines.

1544:

  • Quatre ans après l’Union, la vie à la Nouvelle Rochelle semble être revenue à la normale. Le peuple est beaucoup mieux représenté qu’il ne l’a jamais été, grâce au Parlement introduit par la Charte des Droits Humains. L’éducation, l’économie et surtout la science sont en train de connaître un boum jusqu’alors inégalé.
  • Le Cardinal de Manlieu disparaît, un nouveau cardinal est choisi: le Marquis (maintenant Cardinal) Rémi de Carrabas, un ami d’enfance, ancien mousquetaire et protecteur du jeune roi, qui s’est tourné vers la religion après avoir eu le coeur brisé lorsque sa fiancée a été enlevée aux côtés des Héros des Milandes.

1545:

  • Cette année vit le Clan d’orcs du Crâne Rouge prendre de la vigueur et réussir à conquérir une petite partie du Nord de la Nouvelle Rochelle. Cette région étant majoritairement inhabitée, cette conquête n’a pas eu de grandes répercussions pour le pays. Par contre, le Chef du clan du Crâne Rouge a élu domicile dans l’ancien manoir du Marquis Faolan, commence à se faire appeler “roi” et a ajouté “Le Conquérant” à son nom. Le nombre des troupes qu’il a réussi à amasser est si important que l’armée Rocheloise ne peut se permettre de l’attaquer de front. Présentement, l’incursion orc est contenue sécuritairement, mais il suffirait que Le Conquérant se lasse de son nouveau brin de pays pour que les violences reprennent. Les tensions se font vives dans les Marches, et les marquis doivent se montrer plus que vigilants.

1546:

  • La Nouvelle Rochelle organise ses troupes et renforce les défenses autour des terres du Crâne Rouge. Leur but est de pouvoir repousser Le Conquérant et les clans orcs qu’il semble attirer de plus en plus vers Milandes lorsque cela sera nécessaire.

1547:

  • Les Héros des Milandes réapparaissent à Santiago.
  • La Nouvelle Rochelle envoie un représentant confirmer l’identité des héros et tenter d’aider la Duchesse Marguerite (Mère du Roi Philippe) à refermer un portail vers les enfers ouvert sur son territoire
  • Au Sommet de Santiago, la Nouvelle Rochelle est forcée par le Pays de Vauraken à ne pas s’engager à la défense de Draioch dans la guerre qui débutera cette année.
  • Le roi envoie par contre des espions en terre Vaurakiennes épier les troupes et tenter d’infiltrer les Disciples. La Nouvelle Rochelle passera secrètement toute cette information à Draioch. Le pays envoie aussi des saboteurs aider les troupes de Draioch. Ouvertement, la Nouvelle Rochelle reste neutre, mais cette aide apportée en secret sera indispensable lors de la première année de la guerre.

1548:

  • Au Sommet de Draioch, la Nouvelle Rochelle brise sa neutralité. Le pays envoie des troupes et des navires à Draioch pour aider son allié de longue date. Voresj’Heim, le pays d’orcs créé au Nord de la Nouvelle Rochelle, envoie aussi un représentant. La Nouvelle Rochelle demande qu’en échange de l’aide apportée Draioch ne prenne pas l’aide offerte par Voresj’Heim. Draioch acceptera mais demandera de façon non-officielle aux troupes Orcs de se joindre à la guerre.

1549:

  • Le Roi de la Nouvelle Rochelle offre en mariage la main de sa cousine, la fille de sa grande sœur et de Feu Porthos de Côte Noire, au roi Aulrick II de Draioch pour cimenter les relations entre les deux nations. Après des mois de réflection, le Roi Aulrick II refuse l’union. On raconte qu’il préfère se marier à une paysanne de son pays.
  • Au Sommet, l’envoyé de la Nouvelle Rochelle demande aux nations présentes de ne pas reconnaître officiellement le pays orc qui a volé les terres Rocheloises. En échange, la Nouvelle Rochelle promet plus de troupes, mais aussi d’aider Draioch à se rebâtir après la guerre. La proposition est refusée, Voresj’Heim est reconnu et, pire encore, Draioch aura voté pour la reconnaissance des Orcs.
  • Face à ces trois insultes à son honneur, une fois la guerre gagnée la Nouvelle Rochelle rappelle ses troupes à la maison et les relations entre le pays et Draioch sont réduites au strict nécessaire, sinon coupées.

Société/Culture :
La Nouvelle Rochelle se remet d’une des pires catastrophes de son histoire. Ses terres furent utilisées comme champs de batailles entre les Cours des Faes, et les changements climatiques apportés par la Crise des Faes auront imposé d’énormes pertes de vies à la suite d’une famine dévastatrice.

Depuis que les Rochellois ont rejeté les faes de leurs terres, la magie n’y fonctionne presque plus. C’est comme si la grande majorité du pays existait sous une zone anti-magique. Par contre, depuis, la technologie et les sciences y ont pris le dessus.

Par contre, la Nouvelle Rochelle se sort de cette catastrophe comme elle s’est sortie de toutes les précédentes: avec vigueur et avec une vision opportuniste. La classe moyenne, qui était apparue au siècle dernier, est en bonne santé.  De plus, une nouvelle classe sociale a fait son entrée, la classe politique. Elle-même n’est pas vraiment une classe héréditaire dans le sens traditionnel,  mais bien issue de tous les échelons de la société. Celle-ci sert à représenter le peuple auprès du Roi et de la Reine, et à influencer les décisions prises pour le bien de tout le pays.

Outre cette nouvelle classe politique, la société Rochelloise est séparée en trois classes. En premier rang, on peut retrouver ce qui reste de l’ancienne noblesse Rochelloise et Firenzienne. La noblesse est aussi composée de ceux qu’on appelle Nobles d’Épées, des personnes ayant gagné leur titre par la guerre ou par le service au pays. De plus il existe les Nobles de Robes, c’est à dire ceux qui auront acheté leur titre, soit auprès de nobles qui se seront trouvés sans argent suivant la Crise des Faes ou encore auprès de la Couronne lorsque la chance se présente.

La classe moyenne, le deuxième échelon de cette société, est composé des artisans et marchands qui ont su faire fortune. Cette classe comprend les banquiers, usuriers et investisseurs, mais aussi les ingénieurs, les inventeurs et les artisans qui auront été capables de saisir l’opportunité que la science grandissante leur aura présenté. Leurs succès en affaires ont fait en sorte qu’ils sont maintenant pourvus d’une grande influence sur l’aristocratie.

En dernier, on peut retrouver la classe commune. On retrouve un immense écart de salaire entre la classe moyenne et la classe commune. Les salaires de la classe commune varient quelque peu et les gens qui appartiennent à cette classe ont souvent à se serrer la ceinture. Pour échapper à la pauvreté, plusieurs jeunes gens de cette classe rejoignent les différents organismes de l’armée pour tenter leur chance. Peut-être pourront-ils gagner un titre de noblesse pour services rendus?

Il y avait autrefois des esclaves à Firenze, mais lorsque les deux pays se sont unis, l’une des concessions que Firenze aura accepté est d’abandonner cette pratique. Depuis, les anciens esclaves Firenziens ont eu la permission de retourner dans leur contrée ou ont pu intégrer la société de la Nouvelle Rochelle. La majorité de ceux-ci font partis de la classe commune, mais un petit nombre auront réussi à atteindre la classe moyenne à travers leur travail ou leurs inventions.

Les familles criminelles, aussi connus sous le nom de Vébriccinis, ont aussi été chassées de leurs anciennes villes-états par l’union des deux pays. C’était le plus important des bienfaits de l’union aux yeux du Roi Ferdinand III. Les Vébriccinis se sont exilés dans le nord du pays, où ils tentent de ré-infiltrer les échelons de l’aristocratie et de la classe moyenne. On raconte qu’ils voient l’apparition de la classe politique comme leur chance de reprendre le contrôle du pays.

L’agrandissement de la classe moyenne permet à la Nouvelle Rochelle de continuer à vivre une renaissance artistique et scientifique inédite.

C’est en effet un merveilleux temps pour habiter en terres Rochelloises. L’éducation est facile d’accès, la technologie, toujours innovatrice, rend la vie de tous les jours de plus en plus facile et la gloire et la fortune sont à portée de la main pour quiconque a le courage et la volonté nécessaires pour les atteindre. Ce sentiment de cœur léger a donné vie à une nouvelle mode : le romantisme. Il est n’est pas rare pour tout Rochellois, homme ou femme, d’entretenir une relation avec un « amant » ou une « maîtresse.» Bien souvent, ces relations sont tout à fait chastes et bénignes, mais souvent elles risquent de devenir un peu plus que platoniques.

Régions :
Tusconnie : La Tusconnie a été frappée beaucoup plus durement par la Grande Épidémie du siècle passé. Les nobles de la région sont sans le sou et, ici, même les marchands sont appauvris. On dit de cet endroit que les gens de la place « n’ont que la cape et l’épée. » Les Tuscons sont tout de même fiers et ont un tempérament colérique. Comparativement au reste de La Rochelle, ils ont reçu très peu d’éducation, mais pour ce qu’il leur manque en savoir, ils compensent par le cœur.

Challon: L’ancienne capitale de La Rochelle et la capitale de la Nouvelle Rochelle. A son coeur se trouve le somptueux Château de la famille Vaillancoeur, c’est ici que se trouve la cour du Roi et de la Reine. Le Château est reconnu pour être sublime et rempli d’œuvres d’art de toutes sortes. Il est aussi assez grand pour contenir une petite ville à lui seul. Des jardins l’entourent à perte de vue et il semble toujours y avoir une parade militaire de quelque sorte. C’est dans le Château Vaillancoeur que les soldats qui se rendent à la Passe prennent leur dernier repas avant leur voyage.

Challon est aussi le cœur commercial de la Nouvelle Rochelle et à partir de Challon on peut se rendre dans toutes les autres régions avoisinantes grâce aux routes pavées de roches, vestiges bien entretenus de l’Impérium. La ville est immense et on peut y trouver presque n’importe quoi. Elle est aussi le siège le plus important de l’éveil industriel qui se passe dans la Nouvelle Rochelle et on peut y trouver toutes sortes de merveilles technologiques.

Côte-Noire: Un port important de la Nouvelle Rochelle. C’est ici que la majorité des produits prêts pour l’exportation par la mer sont envoyés. Le fort de la ville est aussi l’un des forts les plus importants pour la défense de la Nouvelle Rochelle. On chuchote qu’ici on peut trouver tout ce qui n’est pas trouvable à Challon. La région serait reconnue par certains pour son marché noir.

Vhappia : Cette ville se situe à l’extrémité nord-est de la Nouvelle Rochelle. On dit d’elle qu’elle était autrefois le siège du pouvoir Vébricini. Depuis, le Duc de Vhappia contrôle la ville avec un bras de fer et se dit être aux côtés de la Couronne pour combattre les Vébriccinis. L’appartenance du Duc à cette organisation est en fait un secret ouvert et celui-ci est constamment observé.  Personne ne sait exactement pourquoi il n’a pas été relevé de ses fonctions comme la plupart des familles Vébriccinis. Plusieurs pensent que la couronne garde un contrôle sur ces familles à travers le Duc.

Trieste: Trieste à été durement frappée par la purge des familles criminelles, car celle-ci était autrefois contrôlée par huit de ces familles qui s’y faisaient la guerre. Les habitants de Trieste auront beaucoup aidé les forces de la Nouvelle Rochelle pour y déraciner les Vébriccinis. Le Roi et la Reine ont accordé un statut spécial à Trieste. Le Duc ou la Duchesse de Trieste est depuis élue tous les quatre ans, faisant de la ville la seule démocratie véritable du pays. Depuis, la ville est devenue le centre le plus important des sciences. L’Université de Trieste est dorénavant reconnue comme la meilleure de tout le continent, et son Collège d’Ingénierie est sans pareil dans toute la Nouvelle Rochelle.

Villipria : Villipria est le joyau de l’ancienne couronne Firenzienne, c’était en effet la ville royale de Firenze. La ville est tout à fait pittoresque, avec de longues avenues parsemées d’arbres, de grands jardins luxueux et des rues bordées de boutiques de tous genres. La ville reste un centre de commerce important, quoique plus lent que Challon à adopter les nouvelles technologies. C’est ici que l’ancien Roi Ferdinand III vit sa retraite tranquille au côté de son peuple.

Turres : Cette ville portuaire se situe au sud dans une des régions les plus riches du pays. Tout autour de cette ville on pouvait voir autrefois d’immenses champs de coton, de blé et autres, ainsi que de multiples mines. Ceux-ci étaient complètement exploités par des esclaves. Depuis que cette pratique est devenue illégale, la richesse de la ville a dégringolé et c’est maintenant l’une des villes les plus pauvres. Il y a d’immenses gains à faire en rouvrant les différentes exploitations avec des employés au lieu d’esclaves, mais les propriétaires, majoritairement de la vieille noblesse, refusent et préfèrent se plaindre de pauvreté. La ville est le centre de l’organisation anti-union qui se donne le nom les “Enfants du Passé.”

Pyrgosi : Cette ville se situe en plein milieu des deux anciens pays de La Rochelle et Firenze. Elle aura changé d’une main à l’autre tellement de fois au cours des guerres combattues entre les deux voisins rivaux que personne n’était vraiment certain de son appartenance. Par contre sa location aura été un endroit privilégié au cœur du nouveau royaume. Pyrgosi est devenue le centre du commerce à l’intérieur du pays et une route marchande passe en son cœur en direction de Devon et de l’Impérium. La ville est aussi un centre de cette nouvelle industrie qui s’implante peu à peu à la Nouvelle Rochelle. On peut y voir ici et là plusieurs usines qui s’affairent à transformer les matières premières.

Les Zones non-magiques: Pas une région comme telle, mais il faut quand même en parler. Depuis la disparition des faes de la Nouvelle Rochelle, et encore plus depuis que le pays à embrassé la technologie et les sciences, la majorité du pays est incapable de soutenir la magie. Un sort qui y est fait ne fonctionne tout simplement pas. La magie la moins touchée est la magie divine, mais même celle-ci est changée, elle est plus un écho qu’un sort. Le prêtre ressent sa connection à son dieu, il sent ses prières écoutées, mais lorsqu’ il en vient à faire le sort, l’effet est soit minuscule ou encore inexistant.

Il existe pourtant certains endroits où cette règle est différente:

  • Au nord-ouest dans la Marche de Sadis, un échos de nécromancie est encore possible. Pendant la famine on chuchote que la femme du Marquis de Sadis aurait levé des zombies et des squelettes pour labourer les champs et faire la récolte. La Marche aura été la région la moins touchée par la famine. On raconte que la connection avec la magie nécromantique est presque normale lorsque la Nuit de Chiron arrive, puis revient graduellement presqu’à zéro par la suite.
  • Au Nord, où se trouve le royaume orc de Voresj’heim, la magie naturelle est de plus en plus forte plus on approche du royaume orc.
  • Tout à l’est du pays, près de la frontière avec Milandes, la magie est complètement normale, mais la technologie semble y être moins forte. Une Académie de Magie y est installée, et les plus grands temples de Miharre, de Valens, de Régassi et de Chiron s’y trouvent.

Coutumes :
Il est très bien vu présentement pour un Rochellois ou une Rochelloise d’avoir une maîtresse ou un amant. Cette maîtresse (ou cet amant) devient la muse pour les jeunes gens, qui guide leurs exploits et donne de la passion à leur vie. On entend souvent parler d’un jeune homme qui promet son amour éternel à une dame sans jamais même embrasser les lèvres de celle-ci. L’ère est à la romance.

Peut-être pour compléter la coutume précédente, il est très commun, sinon impératif, pour un gentilhomme de demander à sa maîtresse un fichu, mouchoir ou écharpe agrémenté de son parfum pour lui donner courage et lui rappeler sa dulcinée où qu’il soit. Si le jeune meurt, c’est coutume pour son laquais de tremper le mouchoir dans le sang de la blessure mortelle et de le ramener à la dulcinée, pour qu’elle se souvienne à jamais de son jeune champion. Un gentilhomme doit défendre celle à qui il a promis son amour en toute chose, même si elle a tort. Il doit aussi être prêt à laisser sa vie pour défendre l’honneur de sa bien-aimée.

Pour défendre son honneur, un jeune homme se sert d’un duel.  Bien que le Cardinal de Manlieu aie rendu ce sport illégal, cela n’empêche pas beaucoup de jeunes gens de le pratiquer. Les duels sont rarement à mort, et il est tout à fait honorable de s’avouer vaincu et de se rendre à son adversaire. Celui-ci doit accepter la défaite et libérer son adversaire de ses obligations envers lui; faire autrement serait déshonorant. Le comble de la galanterie est d’aider un adversaire convalescent à récupérer la santé. Bien entendu, le vainqueur a droit à la bourse du vaincu, mais il est très bien vu de pointer que l’on pourrait la prendre mais de ne rien y toucher.

Lorsqu’un Rochelois cause accidentellement la mort de quelqu’un il lui placera une pistole sur chaque œil. Cet argent est pour le bénéfice de l’âme de la victime, pour qu’elle puisse payer Chiron, le guide des morts. Mais c’est aussi parce que s’il décide de rester et de chercher vengeance sur celui qui l’a tué, les piécettes sur ses yeux empêcheront son âme de le voir dans l’au-delà.

Une autre coutume est de transporter le corps et de l’enterrer à un carrefour. De cette façon, l’esprit vengeur ne saura pas quel chemin prendre pour se venger.

Une vieille coutume Firenzienne veut qu’il faut toujours payer son hôte, même si ce n’est qu’une pistole. Ce geste est pour offrir de la chance en argent à son hôte.

Habillement :
Pour les femmes, la mode est aux grandes robes et bustiers aux couleurs vives, et le rouge est présentement choyé. La dentelle fait fureur, tant pour les femmes que pour les hommes. Pour les demoiselles un peu plus aventurières, on garde habituellement les couleurs et le bustier, mais on y ajoute des pantalons blancs ou bruns avec une cape rouge, bleu pâle ou d’une autre couleur pastel.

Pour les hommes, les grands chapeaux à plume sont à la mode, ainsi que de grosses moustaches qu’ils courbent. On porte des pantalons foncés avec une chemise à dentelle et une veste. On porte surtout des couleurs bleutées et l’on ne porte pas le rouge sauf à la cape, le rouge étant la couleur ecclésiastique.

Religion :
Lorsque la majorité des dieux disparurent il y a de cela une décennie, la Nouvelle Rochelle avait déjà perdu la majorité de ses dieux.  Depuis que la magie a fui le Royaume, la religion est encore moins importante aux yeux des habitants du pays. La noblesse continue de prier Miharre, dieu de la noblesse, de la royauté, de la sagesse et de la justice. La classe guerrière, s’ils se prêtent à une religion, ont tendance à suivre la facette de Liberté de Valens qui est le dieu le plus près de ce que leur ancien dieu Valédens (ancien dieu de la chance, des duels et du romantisme) prônait. Les Fireziens de souche ont plutôt tendance à suivre Chiron ou encore Régassi. Il existe aussi un culte dévoué à Brigide, ainsi qu’un petit culte voué à apaiser Vapessa. Mais le nombre de suivants de tous ces dieux est à la baisse.

Histoire :
L’histoire de la région est d’autant plus compliquée qu’il s’agit en fait de l’histoire de deux pays, tout récemment unis. Elle est donc séparée en deux parties:

Histoire de La Rochelle: La Rochelle peut retracer ses débuts en tant qu’une ancienne province de l’Impérium. Son passé est marqué d’innombrables invasions de barbares, à un point tel que l’Empire a abandonné cette province à son sort. Les attaques barbares furent remplacées par des invasions orcs, qui ont persisté pendant deux générations. Après des décennies d’esclavage aux mains des orcs, la population en avait assez. Ils se rallièrent derrière un homme du nom de Vaillancœur. Ce dernier prétendait à cette époque que des dieux prénommés Miharre et son frère Valédens l’avaient choisi pour lui montrer comment se débarrasser des orcs. Avec le valeureux chef à leur tête, ceux qui allaient devenir les Rochellois se soulevèrent pour vaincre leurs maîtres.

Il fut décidé unanimement que Vaillancœur deviendrait le Roi du pays maintenant libre des griffes des orcs. Son règne dura plusieurs années et fut d’une telle sérénité qu’aujourd’hui encore on tente de suivre son exemple. À sa mort, il légua son royaume à ses trois fils, qui eurent tôt fait de le diviser entre eux. Il ne fallut que peu de temps avant qu’une guerre éclate entre les trois frères. Cette guerre dura vingt ans et Barnabé I en sortit vainqueur. Barnabé I était un homme avide de pouvoir et quelque peu peureux. Il eut tôt fait de changer la religion de Miharre pour en faire son outil, il est raconté que le dieu n’est pas le même depuis. Les rumeurs veulent que le nouveau roi commença alors à entretenir des relations avec des démons qui, en échange de sacrifices, lui donnaient accès à de la magie puissante. Le pays souffrit sous le règne de Barnabé I pendant dix longues années.

Finalement, son neveu François réussit à détrôner son oncle et à prendre sa place. Aussitôt qu’il accéda pouvoir, François I rendit la magie illégale, et entra cette philosophie dans les doctrines de Miharre. Il régna trente ans pendant lesquelles il écrivit les leçons de gouvernance qu’il avait apprises de son grand-père. Lorsque son heure fut arrivée, il légua à son tour le royaume à ses quatre fils, qui eux aussi se le divisèrent. Une autre guerre s’en suivit. Cette fois, le pays changea de forme pendant presque 900 ans, années pendant lesquelles le territoire fut constamment séparé en royaumes de plus en plus petits.

À l’apogée de ce système, un descendant de Vaillancœur décida d’unir les royaumes. Gaston Vaillancœur et ses descendants eurent besoin d’un autre 300 ans pour y parvenir. Cette époque fut marquée par de terribles guerres.

Finalement, François III réussit à reconquérir tout l’ancien royaume, sauf pour une petite contrée qui aura fait partie de Firenze. Au moment où tout semblait aller bien pour le monarque et que, finalement, la chance Rochelloise avait changé pour le mieux, une série de maladies s’abattirent sur le royaume, ce que l’on appela la Grande Épidémie.

En réponse à l’Épidémie, tous les pays avoisinants fermèrent leurs frontières aux Rochellois, ce qui eut pour effet de détruire l’économie. Les nobles et les riches s’enfuirent à la campagne et les pauvres pillèrent leurs manoirs. L’épidémie dura 50 ans. Plus des deux tiers de la population périrent durant cette tragédie, dont le roi François III.

Par la suite, quand les villes regagnèrent leur hospitalité, la noblesse y revint pour s’établir de nouveau et s’aperçurent que leurs biens matériels étaient détruits. Leurs terres n’avaient pas été entretenues et leurs manoirs avaient été pillés. Il va sans dire que la noblesse était ruinée. Elle découvrit une classe marchande disposée à faire des prêts de fonds à un taux exorbitant. L’aristocratie découvrit aussi qu’elle n’avait pas le choix.

Un boum économique suivit la période maladive. La classe marchande devint vite une classe moyenne, du jamais vu dans la société. Ils devinrent aussi riches, sinon plus, que beaucoup de familles nobles. La richesse soudaine des marchands stimula non seulement l’économie, mais aussi le savoir. L’éducation devint facile d’accès, les arts se développèrent et la littérature devint accessible à tous.

En 1470, le royaume fut, encore une fois, aux prises avec une soudaine épidémie de peste noire. Certains éléments de la population se soulevèrent et accusèrent le roi, Charles VII, d’en être la cause. Selon la populace, et le clergé qui n’aimait pas la politique de ce dernier, Miharre envoyait cette peste pour punir la population d’appuyer ce roi. Après une tentative d’assassinat, le roi fit trouver les 100 plus loyaux et meilleurs soldats de son royaume et leur donna sa sauvegarde en main. Il dédia ses mousquetaires, appelés de cette façon parce qu’ils étaient armés avec une nouvelle invention nommée le mousquet, au dieu Valédens en guise d’insulte au clergé. Le roi fut assassiné par un de ses proches. La peste se termina l’hiver suivant.

Le nouveau roi Charles VIII n’avait que douze ans lors de son ascendance au trône. Après une régence tyrannique, il n’eut pas le temps de consolider son pouvoir avant que la tête du clergé de Miharre n’arrive : le Cardinal de Manlieu. Celui-ci prit tout le monde par surprise en introduisant maintes réformes favorisant la vieille aristocratie et en consolidant le pouvoir du roi. Charles VIII lui en était très reconnaissant, mais il est devenu dépendant du cardinal qui contrôla longtemps le royaume. Son règne fut marqué de plusieurs buts, dont discréditer la reine Marguerite, fille du roi du Pays des marchands.

Le Roi Charles VIII tomba mystérieusement un jour dans le coma. Le fils du roi n’étant alors âgé que de trois ans, c’est la Reine Marguerite qui devint régente. Son règne fut marqué d’une rivalité intense avec le Cardinal de Manlieu. On raconte que celui-ci ne croyait pas que le Prince Philippe était vraiment le fils du roi, mais qu’il était plutôt le bâtard d’un paladin de Draioch.

Finalement, les deux rivaux trouvèrent un juste milieu entre eux et le pays réussit à prospérer malgré la rivalité de ses dirigeants. A la suite du mariage de Philippe à la Princesse Isabella de Firenze, après le couronnement de ceux-ci, une dispute éclata entre le roi et sa mère. On raconte que celle-ci ne voulait pas abandonner son titre et son pouvoir, d’autres croient qu’elle était contre l’union des deux pays, d’autres rumeurs veulent que l’affaire était plutôt une ruse pour permettre a la Couronne Rochelloise d’avoir un plus grand contrôle sur le monde. Quoiqu’il en soit, la Reine mère fut exilée et elle retourna vers le Pays des Marchands d’où elle venait, et où elle reprit contrôle de son Duché familial, pour ensuite quitter le Pays des Marchands et rejoindre plutôt le Duché d’Anguille comme l’une des quatre Ducs.

Histoire de Firenze: L’histoire de Firenze commença comme celle d’une province aux côtés de La Rochelle. En fait, au début, la partie ouest du pays appartenait à cette province. Lorsque l’Impérium décidèrent de couper leurs pertes et d’abandonner La Rochelle, ils abandonnèrent aussi Firenze. Contrairement à La Rochelle, Firenze réussit assez vite, grâce au roi Juan I de Marco, à se débarrasser des orcs qui avaient tenté de conquérir le pays. Les rois de la dynastie de Marco se suivirent un à un et un commerce constant commença avec Draioch et Sahira. Cette source continue de richesse attira plusieurs individus ambitieux, dont Giuseppe de Stelle, un mercenaire sans scrupule. Il lui fallut trois ans, mais il arriva à faire tomber la dynastie de Marco et à instaurer la sienne.

Giuseppe le Grand, comme il se nomma, fut un despote, un des pire tyrans que le pays aie jamais connu. Il déclara que tous les paysans appartenaient à la terre qu’ils cultivaient et qu’ils allaient être vendus avec. Le concept de serfs fut instauré au pays sous son règne infâme. Ce qui suivit fut un grand nombre d’années sans changements, où tyran après tyran utilisait le pays pour s’enrichir. Plusieurs rébellions suivirent, mais nulle n’eut de succès, jusqu’au jour ou cinq héros combinèrent leurs efforts pour sauver le pays. Ceux-ci étaient: Gregory Vhappini, un voleur et un assassin de réputation; Lady de Trieste, la meilleure lame de son temps, il était dit qu’en pleine action son bras ne pouvait être vu à l’œil nu; Isabella Villipria, une barde qui avait longtemps lutté contre le silence imposé aux artistes du temps et dont la voix enchanteresse aurait amené plusieurs barons à leur mort; Juan Turres,  un prêtre de Chiron à qui, selon ses dires, aurait été confié la tâche de libérer le pays par son dieu, et finalement, Henri Pirgeot, qui changea son nom à Pyrgos, un Rochellois honteux des guerres civiles de son pays, il aura été l’un des magiciens le plus puissant de son temps.

Ces cinq héros soulevèrent le peuple contre les tyrans qui étaient la menace de leur temps. Après une dizaine d’années de combats et d’acharnement, les Héros de Firenze réussirent à amener l’ordre au pays. Ils divisèrent le pays en cinq et y créèrent un système de ville-états qui persistait jusqu’à dernièrement. D’ailleurs, les villes de Firenze ont été nommées en leur honneur. Sous leur règne et celui de leurs descendants, la prospérité revint. Quand la Grande Épidémie sévit en sol Rochellois, elle atteint également le sol Firenzien, où elle eut plusieurs effets dévastateurs, dont celui de détruire les familles des héros qui avaient régné jusqu’à ce jour.

Firenze eu tôt fait de fermer ses frontières, de peur que le monde se doute de cette faiblesse. Le système de villes-états fut presque détruit lorsque, en sortant de la Grande Épidémie, Firenze se retrouva avec un roi. Les Ducs des cinq villes combinèrent leurs forces à celles des familles Vébriccini, apparues durant la catastrophe, pour expliquer quelques faits au roi. Le roi de cette époque devait choisir entre abandonner son idée d’être suzerain ou faire face à une guerre civile de laquelle il ne sortirait pas vivant. Firenze était faible et son éternel rival La Rochelle montrait des signes que ses forces revenaient. La population ne voulait pas un autre conflit qui mettrait les Rochellois en position d’avantage. Le roi réussit à les convaincre de le laisser garder le poste de roi, mais en tant que titre honorifique. Il garderait le titre, il monterait une armée nationale pour protéger le pays, et serait plus un médiateur qu’un monarque. Voyant là quelque chose de très utile, ce fut accepté par tous.

Firenze, tout comme La Rochelle, a connu une expansion économique, sociale et intellectuelle. Ce boum continue jusqu’à ce jour. Les arts ont une place de choix en sol Firenzien. D’ailleurs, tous les temples sont décorés par les meilleurs artistes du temps.

En 1526, le roi Ferdinand I invita le Cardinal de Manlieu à son château. Le roi essayait d’écraser le pouvoir des familles Vébriccini et, avec le succès des réformes du Cardinal, espérait que celui-ci pourrait l’aider. Le Cardinal en profita pour remarquer la faiblesse de Firenze du côté militaire et le manque de confiance entre les villes-états. Le Cardinal de Manlieu décida d’agglomérer Firenze à La Rochelle. Le résultat de cette escapade fut une guerre qui dura presque six ans. Pendant ce temps, La Rochelle réussit à prendre une partie de l’ouest du pays dont la ville de Pyrgos. Mais Firenze combattit avec acharnement pour chaque pouce que lui prendra La Rochelle. Un traité de paix précaire fut signé entre les deux pays qui débuta peu de temps après le décès de la reine Isabella.

Firenze resterait faible face à  La Rochelle tant et aussi longtemps que l’intrigue se poursuivrait au cœur du pays. Ferdinand I reconnut ce fait, mais n’arrivait pas à le faire comprendre aux autres villes. Face aux dépravités des Vébriccinis et de leur emprise sur les différentes villes et sur son peuple, le roi décida de tenter d’unir le pays encore une fois. C’est alors que la Crise des Faes débutta.

Légendes :
Les dragons ne sont pas tous disparus. Un immense dragon maléfique dort sous le Mont Rouge. Son Souffle est médium de maladies. Si jamais il réussissait à se réveiller, ça pourrait déclencher une autre Grande Épidémie. La seule façon de détruire ce dragon serait de le tuer avec Laikve; l’épée légendaire du roi Vaillancœur.

Depuis son instauration par l’Impérium, une cour secrète composée de lycanthropes habite La Rochelle. Ils auraient même leur propre aristocratie. Le Grand roi Vaillancœur aurait été leur chef, il y a bien longtemps. Les légendes continuent d’affirmer que, même jusqu’à ce jour, la « Cour de Lune » existe encore. Mais depuis que la région n’est plus propice à la magie, on raconte que cette cour aurait peut-être déménagé.

Henri Pyrgos ne serait pas complètement mort, il aurait marché vers l’immortalité en devenant une Liche.

Les Héros de Firenze auraient possédé des armes d’un pouvoir immense dans leur conquête du pays. Ces armes seraient encore en sol Firenzien et quiconque les trouve deviendra propriétaire d’une immense puissance.

Chaque année, Chiron ouvre les portes de son domaine pour une nuit, pour que les morts puissent recevoir un tribut de la part de leurs descendants. Pendant cette journée, tous les habitants doivent faire une offrande aux morts et laisser toutes les portes et les fenêtres ouvertes. Des villages entiers auraient été détruits par des morts-vivants à qui on n’aurait pas porté respect.

Rumeurs :
Les familles Vébriccinis tentent d’infiltrer le nouveau Parlement instauré par le Roi Philippe VII et la Reine Isabella II. Ils espèrent reprendre contrôle du pays de cette façon

La Cour d’Argent existe encore bel et bien, mais il est presque impossible pour un lycanthrope de rester dans le royaume pendant longtemps dû à la zone où la magie ne fonctionne pas. On raconte que ceux-ci sont alors “coupés de leurs loups.”

La famille Terracini, une famille Vébriccini, utiliserait des monstres et des créatures maléfiques pour arriver à leurs fins. Certains vont même jusqu’à dire que les chefs de cette famille sont de ces créatures maléfiques eux-mêmes.

Métier/Classes :
Les guerriers ont une place de choix dans un monde où la valeur se mesure par le courage. La plupart des jeunes choisissent cette classe lorsqu’ils se décident à partir à l’aventure. Les forestiers et les paladins sont quasi-inexistants, les premiers à cause de l’emphase sur les villes de la population et les seconds à cause du manque de fanatisme religieux de la population.

La magie étant impossible sur la majorité du territoire de la Nouvelle Rochelle, les quelques mages, prêtres et druides restant au pays se tiennent soit à la péninsule de Lariv au sud-est du pays, ou encore tout à l’est du pays où la seule école de magie encore en existence est établie. Les différents lanceurs de sorts doivent par contre se doter d’un permis avant d’utiliser leurs talents.

Dans une société basée sur la culture, l’art et le savoir, le barde est un enfant chéri. C’est pourquoi beaucoup de jeunes gens qui ne professent pas un amour pour l’épée vont se tourner vers cette profession. Les voleurs y figurent aussi dans une image romantique.

Monstres : 
La plupart des monstres Rochellois ont été chassés il y a longtemps. À part pour ce qui est des orcs, gobelins et autres nuisances qui proviennent des montagnes, les Rochellois sont surtout  hantés par divers types d’esprits séducteurs qui se nourrissent de leurs sentiments romanesques et utilisent la dévotion des jeunes gens pour les guider vers la ruine et le déshonneur.