Milandes

Milandes

Écologie :
Personne, sauf peut-être les Sidhee, ne peut se rappeler un temps où les terres de Milandes étaient prospères. La région est parsemée de vastes prairies légèrement vallonnées et bien abritées entourées de grandes forêts sauvages aux arbres anciens. Ici et là, de grandes montagnes aux plateaux verts surgissent au travers de ces forêts immenses. En ces temps-ci les terres sont beaucoup moins peuplées qu’elles ne l’étaient dans un passé lointain, et les terres cultivées ont du mal à subvenir aux besoins des familles qui les entretiennent. Les forêts sont pleines d’arbres énormes qui sont difficiles à abattre et dont l’apparence de gros monstres rancuniers découragent les familles d’agrandir leurs terres. Les plaines qu’on devrait être capable de labourer livrent des moissons de pierres qui ne servent qu’à briser les socs des outils. Les terres et les ressources du pays sont épuisées. Les gens qui travaillent la terre trouvent souvent des morceaux d’ossements et d’armes rouillées, témoins d’un passé lointain beaucoup plus mouvementé. Les ruines de forteresses et de châteaux parsèment le paysage, témoins d’un temps plus civilisé. On peut également trouver des amoncellements de terre que les paysans refusent d’approcher. Les animaux sauvages sont très craintifs des gens et sont rarement vus.

Histoire récente :
Le bref historique qui suit est un résumé des évènements au pays pendant les dernières années.

1537:

  • Les Héros des Milandes disparaissent à Draioch, ce qui relâche la Cour d’Hiver endormie depuis des siècles. Une guerre terrible débute entre la Cour d’Hiver et la Cour d’Été. La guerre se fait surtout dans le Monde des Faes, mais elle a un effet chaotique et catastrophique sur le climat des Milandes. Cette période de Guerre se déroulera entre l’an 1537 et 1541 et sera connue sous le nom “La Crise des Faes”.
  • Le début de la Crise des Faes frappe Milandes comme plusieurs autres pays, mais plusieurs choses vont à l’avantage de la région:
    • La majorité de la région est déjà autosuffisante. Les populations sont généralement petites et les différents petits royaumes sont déjà pauvres et donc habitués à subvenir à leurs propres besoins.
    • La région est déjà pleine de faes et les habitants sont déjà habitués à les apaiser et vivre avec leurs caprices.
    • Son emplacement géographique semble aussi lui éviter les pires affrontements de la guerre entre les Cours.

1538:

  • Les régions de Crylayn et Harmut sont envahies et prises de forces par Devon. Le souverain de Crylayn est tué, alors que celui d’Harmut accepte le règne Devonnien les bras ouverts. Au cours des années qui suivent ces deux régions deviendront une partie intégrale de Devon.

1539:

  • Le Roi Téodric du petit Royaume d’Alba commence une guerre visant à unir Milandes en un seul pays. Ses efforts ne sont pas très fructueux.

1540:

  • Un grand nombre de faes immigrent dans le sud de la région. Ils sont chassés de la Nouvelle Rochelle par les humains qui sont à bout de patience avec ce qu’ils appellent la Crise des Faes.

1541:

  • Le chaos créé par le grand nombre de réfugiés faes dans le sud de Milandes donne la chance à Téodric d’utiliser ce chaos pour conquérir une bonne partie du nord de la région.

1542:

  • Le sud de la région est maintenant l’hôte de la majeure partie des faes qui habitaient auparavant la Nouvelle Rochelle.
  • Un si grand nombre de faes en un endroit si restreint crée des anomalies dans la région. Ici et là dans le sud de Milandes on peut apercevoir des montagnes commencer à flotter, des villages disparaître puis réapparaître à un autre endroit, des poches de température isolées ou encore des endroits contenus ou le temps passe à une différente vitesse du reste du monde.
  • Téodric réussit à étendre son royaume à son apogée, mais meurt au combat avant de réussir à réunir toute la région. Le Royaume d’Alba est immédiatement séparé entre les cinq fils de Téodric I.

1543:

  • Les cinq frères partent presque immédiatement en guerre. Chacun veut rebâtir le royaume de son père.
  • Un semblant de normale revient à Milandes, les faes s’étant installées pour y rester. Les anomalies au sud sont toujours présentes, mais en moins grand nombre.

1544:

  • Un Sidhee établit un petit royaume au sud de la région. Celui-ci agit en parallèle avec plusieurs royaumes humains. Il rassemble sous sa bannière une grande partie des faes chassés de la Nouvelle Rochelle ainsi que plusieurs faes natifs de la région. Les humains n’ont aucune idée d’où exactement se trouve ce royaume. Le but du Sidhee serait selon les rumeurs de prendre contrôle de la région de Milandes et d’en faire un royaume pour les faes/par les faes, indépendant des deux Cours qui sont dépassées selon lui.

1543:

  • Téodric II réussit à rassembler une bonne partie du Royaume de son père et commence à cimenter son pouvoir.

1544:

  • Le Royaume d’Alba, sous Téodric II, commence à envoyer des diplomates dans plusieurs pays.  Téodric II demande d’être reconnu comme étant le Roi de Milandes et que le nom de son pays soit reconnu comme étant Alba.

1545-1549:

• Les royaumes et régions de Milandes sont toujours aussi divisées

Société/Culture :
La première chose qu’il faut comprendre de Milandes est que c’est une région et non pas un pays uni. On l’appelle aussi parfois les 101 Royaumes, parce que chaque petit seigneur local prétend être un roi. Les voisins de la région ne l’ont pas amalgamée parce que l’effort causerait plus de peine que de profit.

De plus, les différents seigneurs se font constamment la guerre pour les quelques ressources ou influences qu’ils peuvent gagner. Téodric I est le “roi” qui a eu le plus grand succès de mémoire historique. À son apogée, le Royaume d’Alba comprenait un peu moins de la moitié de Milandes.

Les gens de Milandes sont tellement pauvres qu’ils se retrouvent présentement presque aux prises à un nouvel âge de pierre. Certains des habitants utilisent même des socles de pierre pour labourer leurs terres, les métaux étant très rares.  Seule une toute petite minorité de la population est éduquée, et encore, cette éducation a été acquise ailleurs. Tout le monde est très superstitieux, mais est-ce vraiment de la superstition quand les forêts pullulent de faes?

Les gens vivent majoritairement sur des fermes de subsistance et ils ont souvent peine à se nourrir. Le peu qui leur reste doit souvent être offert au seigneur de l’endroit. Tous participent à l’agriculture et aux soins du bétail. Les femmes s’occupent des affaires de la maison, de la santé de leur famille et de la confection des vêtements. Les hommes s’occupent de l’entretien, du bois de chauffage et de la sécurité des lieux. Les vigies sont constantes. Il arrive souvent que les rôles se mêlent en cas de besoin. En temps de guerre, par exemple, hommes et femmes prendront les armes.

Une bonne partie des familles habitent ensemble de façon multi-générationnelle dans des maisons longues construites avec des charpentes de gros madriers et des murs faits de paille et de boue durcie. Le plancher en est parfois pavé de pierres, mais généralement il est en terre battue. Ces maisons ont souvent un des bouts dédié aux animaux domestiques (vaches, chèvres, poules) alors que l’autre, et le deuxième étage si il y a lieu, servira de dortoir. Au milieu de la maison se trouve un espace ouvert pour que tous puissent y travailler, et l’âtre est en plein centre. Les fenêtres, peu nombreuses, peuvent être fermées par des volets et protègent les gens des intempéries avec l’aide de cuir huilé. Certaines familles vivent dans des arrangements plus difficiles encore, de toutes petites maisons du même genre, rangées dans les forteresses de leurs seigneurs. Ces forteresses, qu’elles soient faites de bois ou de pierre, sont toutes conçues dans l’intention de se protéger des ennemis.

L’État consiste en chefs de familles qui se nomment seigneur ou roi de leur comté. Souvent des guerres éclatent entre les familles, et les seigneurs se font remplacer. La famille est très importante et les liens sont complexes. Les terres prennent aussi le nom des gens qui les habitent.

Les temps étant très durs, plusieurs jeunes gens partent en Croisades avec les Chevaliers de Devon pour pouvoir envoyer un peu d’argent à leurs parents. Ceux-ci finissent, plus que souvent après un court entraînement, en chair à canon pour les armées Devoniennes. Quelques-uns d’entre eux survivent pour acquérir une expérience militaire ainsi qu’une éducation, bien que brève, qui leur permettra de possiblement monter en rang dans leur propre maison.

Régions :
Fastrada: Fastrada faisait, il y a longtemps, partie de Firenze. Après avoir été abandonné par Firenze puis engloutie par l’Impérium, Fastrada se retrouva une fois de plus abandonnée lorsque l’épidémie de La Rochelle remonta jusqu’à elle. Les gens ont maintenant perdu leur foi en des gouvernements structurés et l’anarchie y règne. Les habitants de la région se méfient beaucoup des étrangers et deviennent facilement agressifs ou hostile envers ceux qu’ils ne connaissent pas.

Naponie: Complètement à l’ouest des Milandes, son territoire exact toujours contesté par son propre peuple, Naponie reste possiblement un des endroits les plus mouvementés et sanglants de tout le continent. Les familles ici se battent d’arrache-pied pour conserver les quelques vivres qui leur restent à la fin de la saison. Les guerres de clan sont farouches et les têtes du pouvoir changent tellement souvent que les royaumes voisins ont l’impression que personne ne gouverne du tout. D’une autre part, les gens y sont fiers d’avoir été capables de conserver leur propre pays de l’envahisseur Impérial il y a si longtemps.

Alba: Au tout début l’un des plus petits pays de la région, son roi Téodric I voyait grand. Il réussit à envahir et rassembler un peu moins de la moitié de Milandes. Son but était d’unir toute la région de Milandes au grand complet. Malheureusement il est mort au combat avant de réaliser son rêve et ses terres ont été séparées entre ses cinq fils comme il est coutume. La guerre entre les frères en fera des ennemis amers. Téodric II, l’aîné des cinq, réussira à en reconquérir une bonne partie, mais pas sans devoir tuer deux de ses frères. Le territoire d’Alba est un peu plus riche que ses voisins, dû principalement à l’influence de Téodric II, qui serait un roi très organisé.

Waszum: La région la plus au Sud de Milandes. Elle comprend plusieurs seigneurs et soi-disant rois, mais elle est généralement amalgamée en une seule lorsqu’on la décrit à cause des particularités de celle-ci. C’est ici que la majorité des faes exilés de la Nouvelle Rochelle se sont installés. Leur apparition soudaine à eu un effet incroyable sur la région. La magie y est amplifiée de façon incroyable, mais les résultats de celle-ci sont extrêmement chaotiques et impossibles à prédire. Des choses impossibles s’y passent aussi, comme des montagnes qui flottent en plein ciel, des anomalies temporelles ou même des apparitions ou disparitions de villages complets. L’École de Magie du Lys, autrefois basée à La Rochelle, y a construit sa nouvelle école dans le but d’étudier les phénomènes locaux. Ils gardent des liens étroits avec la Nouvelle Rochelle.

Le Royaume Enchanté: Un royaume caché des yeux des mortels créé par un Sidhee dont on ignore le nom. Il aurait rassemblé la majorité des faes exilés et les faes locaux de la région de Waszum pour créer ce royaume pour et par les faes. Selon les quelques sujets du Royaume qui se sont ouverts sur le sujet, le Roi Sidhee se demande si le Royaume Enchanté devrait rester à l’écart des mortels ou encore entrer en contact officiel avec les différents pays pour le bien de ses sujets. Il tient mordicus à sa décision de rejeter les deux Cours des Faes par contre. Celles-ci ont commencé à faire référence au Royaume Enchanté comme étant la Cour du Printemps.

 

Coutumes :
Les liens de famille sont très importants pour les gens de cette région.  De ce fait, les mariages sont arrangés par les parents des nouveaux époux, car les unions doivent êtres faites pour protéger la famille et/ou ses intérêts. Les couples qui choisissent de s’épouser sans le consentement de leurs parents peuvent se voir rejeter du clan complètement. Ils auront d’ailleurs de la difficulté à se faire accepter par une autre famille.

Il arrive que certains clans, pour diverses raisons, enlèvent un individu d’un clan pour le marier à un des leurs. Dans le cas d’une guerre, si la personne enlevée accepte le mariage, les familles opposantes doivent arrêter le conflit, sous peine de perdre les deux nouveaux mariés. Ce type de solution rigoureuse n’est pas souvent utilisé car il implique plusieurs compromis auxquels les deux parties ne sont pas nécessairement prêtes.

Chaque semaine, chaque maisonnée doit faire une petite offrande aux faes. Que ce soit un petit bol de lait ou un petit morceau de biscuit laissé sur le perron, ces offrandes ne peuvent être reprises par un être humain, il se doit que l’offrande soit reçue par un animal ou un fae. La maisonnée qui manque à cette tâche pourrait recevoir les mauvaises intentions des faes, ce qui pourrait avoir de très mauvaises conséquences pour la ferme. Les gens attachent aussi des rubans à un gros arbre particulier non loin du village. Les gens font souvent des prières au moment où ils attachent les rubans aux branches des arbres. Quelquefois, il arrive même que les faes répondent.

Les enfants sont très précieux en ces lieux et, même s’ils ont plusieurs tâches à accomplir pour aider la famille, ils ne sont jamais sans surveillance de la part d’un adulte. Il est bien connu qu’un mauvais fae pourrait les enlever à tout moment. Il arrive souvent qu’un fae enlève un enfant humain dans son propre berceau et y laisse une créature déplorable masquée d’un enchantement. Dans ces cas, il se passe des jours avant que les parents ne se rendent compte de l’enlèvement de leur petit, trop tard pour faire quoi que ce soit.

Habillement : 
La majeure partie de la populace porte surtout des vêtements tissés à partir de la laine et du lin. La plupart de ceux-ci sont de couleurs ternes tournant vers les bruns et beiges car ils n’ont que peu souvent accès à des colorants qui pourraient changer la couleur des textiles. Ils portent aussi des vêtements de cuir, ainsi que des capes de fourrure. Les hommes portent souvent une tunique simple avec le collant ainsi qu’un capuchon. Les femmes portent une version plus longue de la même tunique avec un voile comme couvre chef. On porte habituellement au moins deux couches de vêtements, ce qui permet de plus grands intervalles sans lessiver le vêtement supérieur. Les plus riches peuvent s’offrir des vêtements en soie et en coton, leurs broderies sont aussi plus soignées.

Religion :
La disparition de la majorité des dieux il y a une décennie a fortement frappé la région. La majorité des religions de la région sont perdues, à part celle de Brigide. Les différents seigneurs et prêtres se sont accusés mutuellement d’en être responsables et des guerres ont  éclaté.

La déesse la plus vénérée dans la région est de loin Brigide. Ses prêtres auront tôt fait de convaincre les prêtres des religions défuntes de tourner leurs prières vers elle. Son portfolio (habileté martiale, tactiques, camaraderie et famille) et son affinité pour les faes vont à merveille avec les réalités de la vie dans la région.

Sinon, Vapessa et Vigdis sont souvent priées en secret pour tenter de les amadouer, de peur qu’elles ne tournent leur attention sur les familles. Les jeunes ont tendance à suivre Valen dans leur élan de soif de liberté et d’aventure. Les Grands Seigneurs qui se veulent rois vont quant à eux souvent prier Mares ou Miharre.

Histoire :
Très peu de gens se rappellent de ce qu’étaient les Milandes avant que l’Impérium n’en fasse une province il y a de cela très longtemps. Ce qui reste de l’histoire d’antan des Milandes demeure quelque peu légendaire. Certains Sidhee mentionnent que c’était un pays où ils pouvaient vivre pleinement en harmonie avec les humains. La magie des lieux était palpable et la terre était riche et bonne. On pouvait marcher librement dans les forêts sans peur des arbres et des animaux. Ces forêts étaient denses et anciennes mais l’on pouvait chevaucher des semaines à l’intérieur d’elles sans avoir à mettre un pied à terre, même si l’on ne suivait pas de sentier.

Avec l’arrivée de l’Impérium, les armées eurent des conflits presque constants. Certains rois se laissèrent tenter par le mode de vie excessif des Impériaux. Ils perdirent la confiance des forêts et des Sidhee et leur protection. Sans la protection des grandes forêts vierges, le peuple humain des Milandes tomba presque sans résistance devant les armées Impériales.

Pourtant, même sous l’emprise de l’Impérium, les pauvres gens continuèrent de leur mieux à vénérer les anciens dieux. Même si leurs chefs avaient été séduits par l’opulence du mode de vie ennemi, ceux plus près des valeurs anciennes cachèrent les descendants des rois pendants des générations. Une longue période de vie cachée s’ensuit, enfouie sous la couverture du nom de Province Impériale.

Après des siècles d’occupation, les vrais dirigeants du pays refirent surface. Deux d’entre eux, Wimarc le Valeureux et Lainathiel la Grande, s’organisèrent pour repousser l’Empereur Tarquinius Avantine. Le combat devint une guerre civile qui occupa tout le territoire sans qu’aucun des deux côtés ne gagne vraiment de terrain. Vers la fin, Milandes étaient tellement mal en point que lorsqu’une épidémie, appelée la Mort blanche, s’empara des lieux, l’Empereur décida simplement d’abandonner la province et les armées qui y restaient. L’Impérium ferma ses portes et évita ainsi l’épidémie meurtrière.

Wimarc et Lainathiel tentèrent, avec beaucoup de mal, de reconstruire leur pays. Le pays, encore sous l’emprise de la maladie, ne put se redresser. Le roi et la reine moururent sans avoir la chance de diriger le pays vers un nouveau règne uni Milandien. Depuis la Mort Blanche, on ne reconnaît que quelques dirigeants qui se sont dévoués au sort de leur pays. En tout et partout, Milandes reste maintenant une région ou les plus grandes forces politiques n’osent même plus entrer.

Légendes :
Les forêts anciennes sont hantées par des fantômes et des mauvais esprits qui animent les arbres mêmes. Cette légende est tellement ancrée dans le coeur des gens que nul ne pénètre dans les vieilles forêts sans avoir en sa possession un morceau de fer de dimensions considérables. Le plus de fer on peut porter sur soi, le mieux c’est. C’est en partie pour cette raison que seuls ceux qui sont armés entrent dans la forêt. On dit qu’un jour, la forêt reprendra ce qu’elle a perdu.

Lainathiel serait demi-fée et serait toujours en vie. Malheureusement, la légende veut qu’elle ait reçu un mauvais sort de la part d’une prêtresse d’une déesse oubliée et qu’elle soit sous l’emprise d’un sommeil comateux et ensevelie dans un cercueil de glace. L’esprit de Wimarc erre encore dans les forêts à la recherche de Lainathiel. Les Milandes ne connaîtront pas la paix avant qu’elle ne reprenne connaissance.

Rumeurs :
Le mystérieux roi Sidhee du Royaume Enchanté aurait pour but de ramener l’ancien Royaume d’antan, lorsque les faes et les humains vivaient côte à côte.

Téodric II, roi d’Alba, aurait un plan pour conquérir le reste de la région. Au travers de mariages, d’assassinats et de guerres, il compte conquérir la région au grand complet. Cette possibilité le met directement contre les intérêts du Royaume Enchanté.

Métier/Classes :
Les guerriers sont la classe d’aventurier la plus populaire dans les Milandes. Les garçons comme les filles reçoivent une instruction de base pour se défendre. Les guerres entre les clans sont courantes et avoir une aptitude à se défendre est important pour empêcher se de faire enlever pendant la nuit. Savoir se battre et gagner au combat augmentent aussi le statut social d’une personne.

Les forestiers sont la prochaine classe avec beaucoup de mérite. Ils occupent une place importante pour la chasse et connaissent les bois environnants, ce qui est nécessaire pour ne pas perdre la vie dans les forêts lugubres. Un bon nombre de prêtres et de druides existent aussi, cependant il est parfois difficile de faire une distinction entre les deux: les druides et les prêtres travaillent intimement ensemble. La nature occupe une grande place dans la vie de tout le monde.

Certains clans ont quelques barbares d’inclus dans leurs familles et les voleurs font quelquefois office d’éclaireurs. Les autres voleurs font attention de ne pas se faire prendre. Le vol n’est apprécié que si la personne qui se fait voler est avaricieuse ou malintentionnée. Pour le reste, les voleurs qui se font prendre à ravir les biens de leurs proches risquent la peine de mort ou l’exil.

Les paladins ne sont pas méconnus. Ils sont, tout de même rares et s’occupent généralement d’un petit village. Ils ont quelquefois aussi une seigneurie qu’ils doivent administrer. Les titres qui viennent avec les seigneuries sont habituellement une récompense offerte par un roi reconnaissant. Quelquefois, un paladin prend tout simplement contrôle d’un fief qui nécessite clairement de l’aide. Quoi qu’il en soit, les paladins vont là où ils peuvent offrir leur assistance.

Les bardes, bien que peu nombreux, sont bien appréciés. Chaque famille comprend  habituellement une personne qui s’occupe de conter les histoires pour éduquer les jeunes de leur héritage, mais rares sont ceux qui en font une profession.

Les personnages les plus rares ici seront les magiciens, qui viennent surtout de familles plus riches qui peuvent offrir à leurs enfants les études nécessaires. Pourtant, tout le monde a au moins entendu parler de quelqu’un qui sait faire de la magie. L’attitude des gens face à cette profession est neutre, certains l’accueillent et d’autres l’ignorent.

Monstres :
Les arbres comme tels sont parfois des monstres dans les forêts des Milandes. On ne doit pas s’attarder parmi ceux-ci trop longtemps et surtout pas la nuit. Lors de la coupe, il faut faire attention de ne pas trop prendre d’arbres. Si l’on dépasse la limite établie par la forêt, on aura un avertissement: le prochain arbre que quelqu’un coupera se mettra à saigner. À ce moment, il est peut-être déjà trop tard. La forêt risque de se venger contre vous.

D’autres créatures qu’on rencontre souvent sont les chiens noirs, aussi appelés Barghest. On rencontre surtout ces chiens pendant les nuits sans lune. Quoi qu’ils n’attaquent que rarement, ils sont de mauvais augure. Ceux qui voient un Barghest seuls risquent de mourir la prochaine nuit. Les chiens noirs aperçus par plus d’une personne à la fois perdent leurs pouvoirs de causer la mort, mais ils sont tout de même des adversaires redoutables.